Bioéthique : la levée de l'anonymat des donneurs dans le projet de loi

FRANCE 2

Parmi les nouveautés du projet de loi bioéthique figure la levée partielle de l'anonymat des donneurs. Un enfant né d'un don d'ovocyte pourra donc désormais avoir accès à ses origines, dès l'âge de 18 ans.

Alain Tréboul a fait don de son sperme il y a 45 ans. Plus récemment, Mathieu a fait la même démarche. Mais sur la levée de l'anonymat des donneurs, ils ont un point de vue opposé. "Un secret, c'est comme un abcès, un jour ou l'autre, ça fait mal", lance Alain devant les caméras de France 2.

Une mesure qui fait débat

Si le premier milite pour un accès aux origines pour tous, le second redoute des conséquences négatives pour les familles : "Pour moi la levée de l'anonymat, c'est une fausse bonne idée", affirme Mathieu.
En 1974, un médecin propose à Alain Tréboul de venir en aide à des couples stériles. À l'époque, il est déjà père de ses deux enfants : "C'était un acte simple, généreux, comme le don du sang. À l'époque, on ne s’est pas trop posé de question. On ne s’est pas imaginé ce que le bébé allait devenir", témoigne le donneur de l'association PMAnonyme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne