Don du sang : les députés suppriment toute discrimination envers les homosexuels

Un homme donne son plasma à la Banque française du sang, le 27 mars 2020 à Lille.
Un homme donne son plasma à la Banque française du sang, le 27 mars 2020 à Lille. (JULIE SEBADELHA / HANS LUCAS / AFP)

Pour donner leur sang, les homosexuels doivent être abstinents depuis au moins quatre mois, ce qui n'est pas le cas des hétérosexuels.

Les députés ont voté, mercredi 1er juillet, en commission, la suppression de toute discrimination envers les homosexuels qui donnent leur sang, dans le cadre de l'examen du projet de loi de bioéthique"Les critères de sélection du donneur ne peuvent être fondés sur le sexe du ou des partenaires avec lesquels il aurait entretenu des relations sexuelles", ont inscrit les députés via un amendement du socialiste Hervé Saulignac, cosigné par une centaine d'élus principalement de gauche.

La période d'abstinence d'un an que devaient respecter les homosexuels pour donner leur sang a été réduite à 4 mois. Le ministère de la Santé avait présenté la réduction de cette période comme "une première étape" vers un alignement des conditions du don pour les homosexuels sur celles des hétérosexuels, envisagé "à l'horizon 2022".

La commission spéciale chargée de l'examen du projet de loi de bioéthique examine depuis lundi en deuxième lecture ce texte qui ouvre la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Les députés rétablissent leur version du projet de loi qui avait été modifié par le Sénat.

Vous êtes à nouveau en ligne