Européennes : accusée de "banalisation de l'homophobie" dans sa BD, Nathalie Loiseau se défend

La tête de liste La République en marche pour les élections européennes, Nathalie Loiseau, lors d\'un débat organisé par la Fédération nationale de la Mutualité française, le 11 avril 2019 à Paris. 
La tête de liste La République en marche pour les élections européennes, Nathalie Loiseau, lors d'un débat organisé par la Fédération nationale de la Mutualité française, le 11 avril 2019 à Paris.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

"Moi, je suis polonais. Eh bien, deux garçons qui se marient, en Pologne, même pas en rêve !", peut-on lire dans cette bande dessinée, afin d'illustrer la devise de l'Union européenne, "Unie dans la diversité". 

Nouvelle polémique dans la campagne de Nathalie Loiseau, tête de liste La République en marche (LREM) pour les élections européennes. Une planche de L'Europe en BD, la bande dessinée cosignée par l'ancienne ministre des Affaires européennes, en vue du scrutin du 26 mai prochain, est accusée de "banalisation de l'homophobie" par plusieurs internautes, a relayé le HuffPost, dimanche 28 avril. 

Comme l'explique le site, le thème du mariage entre personnes de même sexe est évoqué dans cette BD, publiée le 17 avril dernier dans le cadre de la campagne des européennes, afin d'illustrer la devise de l'UE, "Unie dans la diversité". Pour montrer qu'en Europe, "on ne pense pas pareil partout", un garçon polonais s'exprime dans l'un des dessins : "Moi je suis Polonais. Eh bien, deux garçons qui se marient, en Pologne, même pas en rêve !", peut-on lire sur cette planche.

Un exemple censé expliquer que le mariage homosexuel reste illégal dans certains pays européens, comme la Pologne, alors qu'il est reconnu dans pas moins de 16 pays de l'Union européenne. Mais nombre d'internautes y ont vu l'acceptation de politiques homophobes. "Qu'apprenons-nous aux enfants ? Que l'homophobie est culturelle ? Qu'il faut la tolérer chez nos voisins ?", a ainsi réagi Guillaume Mélanie, coprésident d'Urgence Homophobie. 

L'homophobie, "une menace contre les valeurs de l'Europe"

"Décrire la Pologne telle qu'elle est ne veut pas dire qu'on l'approuve", a d'emblée répondu Nathalie Loiseau sur Twitter. La tête de liste LREM a poursuivi en publiant un extrait de son livre Choisissez tout, dans lequel elle évoque ses "frères homosexuels", "conscients que la société ne leur est pas souvent favorable".

L'ancienne ministre des Affaires européennes a ensuite dénoncé "l'homophobie de Jaroslav Kaczynski", le président du parti conservateur polonais Droit et Justice. "Une menace contre les valeurs de l'Europe. Ne laissons pas l'obscurantisme gagner en Europe", défend Nathalie Loiseau sur le réseau social.

Vous êtes à nouveau en ligne