Levée des barrages routiers dans de nombreuses villes

(Blocage routier ce lundi sur la rocade de Rennes © Maxppp)

Les chauffeurs routiers ont entamé dimanche soir en France des blocages d'entrepôts et d'axes de circulation afin de peser sur les négociations salariales dans les transports. La plupart des barrages ont été levés lundi soir, même si certains pourraient être reconduits mardi matin, comme à l'est de Lyon.

Ils espèrent peser sur les négociations salariales dans les transports qui reprennent mardi. Les chauffeurs routiers ont entamé dès dimanche soir en France des blocages d'entrepôts et d'axes de circulation. A l'appel de l'intersyndicale CGT, FO, CFTC et CFE-CGC, une cinquantaine d'actions au total sont prévues. Les syndicats réclament une hausse de 5% des salaires.

Ce lundi après midi, les actions ont donc gêné la circulation, avec de nombreux ralentissements, même si seuls les poids-lourds étaient bloqués par les grévistes.

La circulation a repris en fin de journée

A Marseille et autour de la zone, ma mobilisation a pris fin : dans la journée, Bison Futé avait relevé près de 14km de bouchons sur l'A51 entre Aix-en-Provence et Marseille. Au port de Genevilliers, en région parisienne, le blocage a été levé après des "problèmes de sécurité", selon la CGT, tandis qu'en Loire-Atlantique, le barrage qui retenait près de 400 camions dans la zone industrielle de Carquefou, près de Nantes, devait être levé en fin d'après midi.

Au marché de gros de Corbas, à l'est de Lyon, les grévistes, présents depuis dimanche hier, devraient bloquer un nouveau site dès 5h00 mardi matin. Sur la rocade de Rennes, tous les barrages ont été levés, tandis qu'à Angers, les routiers prévoient de se retrouver à l'aube mardi matin pour envisager la suite des revendications.

Vous êtes à nouveau en ligne