Les professeurs absents listés sur le net

Les élèves et leurs parents ne sont pas toujours informés de l\'absence des professeurs.
Les élèves et leurs parents ne sont pas toujours informés de l'absence des professeurs. (© France)

La FCPE lance sur son site internet un espace inédit baptisé Ouyapacours pour signaler les professeurs absents

La FCPE lance sur son site internet un espace inédit baptisé Ouyapacours pour signaler les professeurs absentsLa FCPE lance sur son site internet un espace inédit baptisé Ouyapacours pour signaler les professeurs absents

Proposé à l'échelon national, le site est alimenté par les parents et les élèves. Son objectif, recenser les absences par établissement en précisant la durée, les jours, heures et matières.

Une initiative qui pourrait faire grincer des dents car au-delà du côté "fonctionnel" de la démarche, plane la question de l'absentéisme des enseignants.

Cet été, la divulgation d'un rapport commandé par l'ancien ministre de l'Education Xavier Darcos qui faisait état d'un absentéisme deux fois supérieur à celui des salariés du privé a mis le feu aux poudres. Cette étude montre que 45% des congés maladie en 2008 - 2009 ont été posés par les instituteurs pour une durée moyenne de onze jours par an. D'où l'idée de l'ex ministre : créer une agence de remplacement.

Mais dès sa nomination, son successeur Luc Chatel s'est empressé d'enterrer le projet qui cristallisait un fort mécontentement.

Les problèmes demeurant entiers : difficultés d'organisation, cours non remplacés - problème par ailleurs accru par la suppression des postes - la FCPE est passée à l'action.

"Le niveau des capacités de remplacement est arrivé à un point de non retour" avec les milliers de postes de remplaçants supprimés et "comme des académies ne souhaitent pas faire la transparence sur les absences non remplacées, nous allons le faire nous-mêmes", avait déclaré Jean-Jacques Hazan, le président de la FCPE, lors de sa conférence de presse de rentrée.

"Le problème, ce n'est pas que les enseignants soient malades ou en formation, c'est que le système de remplacements doit pouvoir fonctionner", a jugé M. Hazan, pour qui "on a amputé trop fort les capacités de remplacement, mettant à mal la continuité du service public".

Selon lui, dans certains départements, il n'y a déjà "plus du tout de remplaçants" pour certaines disciplines dans le secondaire.

Au chapitre des autres suppressions sans effet visible direct sur le taux d'encadrement professeurs/élèves, la FCPE a pointé la baisse continue de la scolarisation en maternelle des enfants âgés de deux à trois ans. "Les académies ont programmé des milliers de suppressions d'effectifs" d'enfants de moins de trois ans en cette rentrée, a affirmé M. Hazan.

Enfin, la FCPE déplore la "suppression, de fait, d'un tiers des capacités d'intervention" des réseaux d'aide spécialisés dans la lutte contre l'échec scolaire, dits "Rased".

"Le maillage tel qu'il existait a été déconstruit. Si le ministère n'y prend garde, il n'aura plus de réseau du tout, non en terme de postes mais de fonctionnement et d'efficacité", a dit M. Hazan.

Vous êtes à nouveau en ligne