Les jeunes fument moins de cannabis

En 2011, 34,6 % des jeunes de 17 ans disent avoir consommé du cannabis dans l\'année contre 35,9 % en 2008.
En 2011, 34,6 % des jeunes de 17 ans disent avoir consommé du cannabis dans l'année contre 35,9 % en 2008. (THOMAS WIRTH / AFP )

Mais ils consomment davantage de tabac et d'alcool, selon une enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies publiée jeudi.

Les Français de 17 ans délaissent un peu le cannabis pour la cigarette et l'alcool. C'est ce qui ressort d'une enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publiée jeudi 8 décembre.

Cette septième "Enquête sur la santé et les consommations lors de l'appel de préparation à la défense" (Escapad), réalisée en mars 2011 auprès de 32 249 jeunes, lontre qu'ils fument des cigarettes et boivent de l'alcool plus fréquemment qu'en 2008 mais que leur usage régulier de cannabis est en légère baisse

Les "ivresses répétées" augmentent

L'usage régulier d'alcool (au moins dix fois dans les trente derniers jours) progresse chez les jeunes de 17 ans, à 10,5 % en 2011 contre 8,9 % en 2008. En outre, "les ivresses répétées et régulières augmentent", chez les filles comme chez les garçons, s'inquiète la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt).

De même, l'usage quotidien de tabac augmente et concerne désormais 31,5 % des jeunes contre 28,9 % en 2008.

La cocaïne et le poppers en recul

L'expérimentation du cannabis, elle, reste "stable" (41,5 % en 2011 contre 42,2 % en 2008), tout comme l'usage quotidien de cette drogue (3 % en 2011). En revanche, "les usages dans l'année et le mois sont en baisse", fait valoir la Mildt. Ainsi, 34,6 % des jeunes disent avoir consommé du cannabis dans l'année contre 35,9 % en 2008.

Concernant la cocaïne, dont la consommation reste très limitée, le nombre de jeunes gens qui ont expérimenté cette drogue entre 2008 et 2011 a légèrement baissé, passant de 3,3 % à 3 %. L'utilisation de poppers (vasodilatateurs euphorisants), qui avait connu un net bond en 2008 (13,7 %), tombe à 9 % en 2011.