Le terrorisme, principale angoisse des Français derrière le chômage

(Un soldat français mobilisé pour assurer le plan vigipirate dans une gare de Lille ©maxPPP)

Selon la dernière enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales publiée vendredi, la peur du terrorisme est la deuxième cause d'angoisse derrière le chômage.

C'est devenu un indicateur de la délinquance en France, distinct des statistiques du ministère de l'Intérieur. L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales présente ce vendredi son enquête annuelle de "victimation". Elle est basée sur les déclarations des victimes de délits divers. Elle mesure également le sentiment d'insécurité plus ou moins ressenti par les Français. En la matière, la peur du terrorisme a fortement progressé ces derniers mois. La menace des attentats est devenue le premier sujet de préoccupation derrière l'angoisse du chômage et devant la crainte de la pauvreté ou de la délinquance au sens large.

Moins de vol de voitures, plus de vols de vélos

Environ une personne sur cinq dit être touchée par un "sentiment d'insécurité". Toutes ces données sont également révélatrices des maux plus ou moins graves de notre société. Les violences physiques ou sexuelles restent à un haut niveau, avec plus de deux millions de faits constatés. Le nombre de femmes qui s'en déclarent victimes a dépassé le million. Plus anecdotique, le nombre de vols de vélos est en forte fausse, alors que les vols de véhicules à moteurs sont en baisse constante depuis le début des années 2010