Le Parlement adopte définitivement la réforme des retraites

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un ultime vote de l'Assemblée nationale ce mercredi a entériné la réforme des retraites qui allonge la durée de cotisation et crée un compte pénibilité.

Les socialistes et les radicaux de gauche ont voté pour, le
Front de gauche, l'UMP et l'UDI ont voté contre et les écologistes se sont
abstenus. Le projet de loi sur la réforme des retraites a été définitivement
adopté par un ultime vote à l'Assemblée nationale ce mercredi.

La durée de cotisation à 43 ans d'ici 2035

Réforme clé du quinquennat de François Hollande, elle
prévoit notamment un allongement de la durée de cotisation dans les secteurs du
privé et du public à 43 ans à l'horizon 2035. Parallèlement, les cotisations
salariales et patronales augmenteront de 0,3 point en quatre ans. En revanche,
le texte ne modifie ni les régimes spéciaux, ni l'âge légal de départ à la
retraite qui reste fixé à 62 ans.

Création d'un compte pénibilité en 2015

La principale disposition du projet de loi qui vient d'être
adopté, réside dans la création d'un compte personnel de prévention de la
pénibilité à partir de 2015. Ce compte permettra aux personnes éligibles de
réduire la durée de leur cotisation et donc de partir plus tôt à la retraite
tout en bénéficiant du taux plein. "C'est l'une des grandes avancées
sociales de ces dernières décennies", a jugé la ministre des Affaires
sociales Marisol Touraine.

Une réforme sans ambition selon l'opposition

L'opposition au contraire en fait une toute autre lecture.
L'UMP, qui défend le report de l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans, et
l'UDI, qui réclamait une réforme plus globale du système, voient dans ce compte
pénibilité  "une usine à gaz"
et reprochent au gouvernement de "manquer de courage". Les
critiques émanent aussi à la gauche de la gauche. "Ce texte prolonge les
réformes libérales engagées depuis 1993. Les jeunes seront les principaux
perdants de cette réforme
", a ainsi estimé le député du Front de gauche
Marc Dolez. 

La Commission européenne a pour sa part estimé que la
réforme réduirait "le déficit du système des retraites mais ne suffira pas
à l'éliminer d'ici 2020". 

Vous êtes à nouveau en ligne