Le "cri de colère" du maire de Stains contre la baisse des dotations

(Azzedine Taïbi, maire de Stains, une des communes les plus déshéritées de Seine-Saint-Denis © Maxppp)

Plusieurs maires de Seine-Saint-Denis manifestent ce samedi après-midi devant l’Assemblée nationale pour dénoncer la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales. Parmi eux, Azzedine Taïbi, le maire de Stains, une des communes les plus déshéritée d’Île-de-France. Invité de France info à la mi-journée, il dénonce "une injustice qu'on ne peut pas accepter".

Ils se font appeler "Les plumés de l’austérité". Plusieurs élus et habitants de communes déshéritées d’Ile-de-France ont pris le chemin de l’Assemblée nationale ce midi pour manifester (à partir de 15h) contre la baisse de 3,7 milliards d'euros des dotations aux collectivités locales en 2015.

En tête de cortège, Azzedine Taïbi, le maire de Stains, commune de 35.000 habitants en Seine-Saint-Denis, où le taux de chômage atteint près de 25% et où seuls quatre ménages sur dix sont imposables. "Nous sommes dans une mobilisation que nous souhaitons populaire et citoyenne ", explique l’élu, qui compte bien amplifier le mouvement par de nouvelles actions.

Depuis le 19 novembre dernier et sa grève symbolique, il dénonce, avec d’autres "une injustice qu’on ne peut pas accepter".  Pour Stains, le manque à gagner se chiffre à trois millions d’euros jusqu’en 2017. Un coup dur pour la commune et son maire qui se demande : "Comment je fais fonctionner mon centre municipal de santé, comment je fais fonctionner une école de musique qui accueille plus de 500 élèves, comment je réponds à la rénovation des écoles et des équipements publiques ? " … "C’est des services publics en moins pour la population et ça je ne peux pas l’accepter ", martèle-t-il.

Baisse des dotations aux collectivités : Azzedine Taibi, maire de Stains, dénonce une injustice inacceptable". Il répond à Edwige Coupez
--'--
--'--

Azzedine Taïbi lance donc un nouveau "un cri de colère " et prévient qu’il est hors de question d’augmenter les impôts locaux "parce que ce serait une double peine qu’on ferait subir aux populations et ça je ne peux pas l’accepter ". Ce que souhaiterait le maire de Stains, c’est une meilleure répartition des ressources entre les différentes communes d’Ile-de-France.  "Je suis très attaché à faire que la péréquation entre les villes riches, qui ont beaucoup de moyens, et les villes pauvres soit encore plus forte ", explique-t-il.

Au-delà des dotations, le maire de Stains entend "combattre toutes les inégalités du territoire d’Ile-de-France " et interpelle plus largement le gouvernement sur l’accompagnement de l’Etat de de la République face à ces villes et quartiers populaires, dans le domaine de l’éducation, de la santé, de la sécurité… "Et là, il y a besoin vraiment de changer de braquet et d’aller beaucoup plus à l’offensive ", estime-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne