Doit-on réserver la vente des médicaments aux pharmaciens ?

Un rapport de Bercy, dévoilé par "Les Echos" lundi, préconise d'ouvrir à la concurrence la vente de certains médicaments.

L'Inspection générale des finances préconise la fin du monopole des pharmacies pour la vente de certains médicaments, révèle le journal "Les Echos", lundi 28 juillet. Il s'agirait d'ouvrir la vente aux supermarchés de produits dont la prescription par un médecin est facultative (Doliprane, Spasfon, Aspégic...). Autre catégorie concernée : les médicaments non-remboursables, dont le prix est laissé à la discrétion du pharmacien (Nurofen, Humex, Fervex...). Ces deux types de produits représenteraient au total 9% du chiffre d'affaires des professionnels.

Objectif : faire baisser les prix pour les consommateurs. Une étude de la DGCCRF montrait, en 2012, que les pharmaciens réalisent une marge importante de 20% à 50% sur ces médicaments. Le rapport de l'Inspection générale des finances pointe, lui, que les prix de ces produits ont augmenté deux fois plus vite que le coût de la vie depuis 15 ans (+3 % par an en moyenne entre 1998 et 2011).

En 2013, 65% des Français disaient accorder leur confiance à ces professionnels, rappelle un sondage publié par Le Figaro. La mise en concurrence avec les grandes surfaces pourrait être complétée par la présence d'un professionnel pour accueillir et guider les consommateurs dans les magasins.

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Doit-on réserver la vente des médicaments aux pharmaciens ?

Voir les résultats
Partagez ce sondage
Vous êtes à nouveau en ligne