Conférence sociale : faut-il simplifier le Code du travail ?

La troisième conférence sociale entre Etat, patronat et syndicats s'ouvre lundi Paris pour deux jours. Objectif : retrouver la croissance pour lutter contre le chômage.

Pour le gouvernement, l'enjeu de la troisième conférence sociale est de donner un second souffle au dialogue social. Avec une croissance en panne et un chômage record, les partenaires sociaux doivent se rapprocher et préconiser des solutions pour sortir de la crise.

Manuel Valls souhaite un fonctionnement plus souple et plus efficace pour l'économie. Il demande aux partenaires sociaux d'engager des discussions sur une possible simplification du Code du travail et une révision des seuils sociaux dans l'entreprise.

Mais les désaccords sont déjà nombreux entre patrons et syndicats sur le pacte de responsabilité, le compte pénibilité et les seuils sociaux. Résultat, la CGT et FO menacent de boycotter, voire de bouder les tables rondes présidées par les ministres concernés mardi.

Le Medef et la CGPME taxent les syndicats d'immobilisme et dénoncent un dialogue social trop lourd. Ils pensent qu'un assouplissement des seuils sociaux et une simplification du Code du travail permettraient d'encourager les chefs d'entreprise à embaucher.

François Rebsamen, le ministre du Travail, s'est dit prêt à suspendre pendant trois ans les seuils sociaux créant des obligations aux entreprises. En cas de désaccord, le gouvernement pourrait avoir le dernier mot en légiférant à l'Assemblée.

Réagissez, votez, commentez sur le site.

Conférence sociale : faut-il simplifier le Code du travail ?

Voir les résultats
Partagez ce sondage
Vous êtes à nouveau en ligne