La question de la pauvreté n'est "pas assez abordée" par les candidats à la présidentielle

Les Resto du coeur, le 22 novembre 2016. (Photo d\'illustration)
Les Resto du coeur, le 22 novembre 2016. (Photo d'illustration) (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Ce week-end, les Restos du Cœur organisent une grande collecte alimentaire dans toute la France. L'occasion pour le président de l'association, Patrice Blanc, de noter, sur franceinfo, l'absence de "la question de la pauvreté dans le débat".

À la veille d'un grand week-end de collecte alimentaire dans toute la France, Patrice Blanc, le président des Restos du Cœur, estime sur franceinfo ce vendredi 10 mars que les programmes des candidats ne sont pas à la hauteur sur les questions de pauvreté et de précarité.

"Malheureusement, nous ne voyons pas de façon très précise la question de la pauvreté dans le débat. Il faut qu'elle soit abordée par les candidats et notamment la question du logement. Nous leur avons demandé de prendre des engagements de défense du fonds européen des aides aux démunis qui sera peut-être remis en cause en 2020. Là il y a un vrai enjeu" explique le président des Restos du Cœur avant d'ajouter que les candidats "doivent voir plus loin que leur bulletin de vote. Pour garantir le maintien de la cohésion dans notre société il faut veiller à ce que la pauvreté n'augmente pas", conclut Patrice Blanc.

75 000 bénévoles mobilisés

D'après Patrice Blanc, de plus en plus de Français ont recours aux Restos du Cœur. Des mères seules et de jeunes étudiants. D'ailleurs "dans certains centres on a dû modifier les horaires d'ouvertures pour qu'ils puissent bénéficier de l'aide alimentaire" précise-t-il. Phénomène nouveau aussi cette année : des retraités vivant en milieu rural viennent de plus en plus aux Restos "car ils n'arrivent pas à boucler leurs fins de mois", explique-t-il.

La grande collecte des Restos du Cœur a lieu tout le week-end dans plus de 6 000 supermarchés et hypermarchés. 75 000 bénévoles sont mobilisés. L'association espère récolter cette année plus de 7 300 tonnes de denrées alimentaires. Surtout des produits faciles à conserver comme les légumes, les boîtes de conserve, l'huile, le café.

Patrice Blanc : "Nous ne voyons pas de façon très précise la question de la pauvreté dans le débat."
--'--
--'--