La France mobilisée pour soutenir les journalistes otages en Syrie

(Reuters)

Des événements avaient lieu partout en France, vendredi, pour soutenir les journalistes français Edouard Elias et Didier François. Les deux hommes sont otages en Syrie depuis trois mois, jour pour jour. 

Cela fait trois mois que Didier François et Edouard Elias sont otages en Syrie. Les deux journalistes ont été enlevés le 6 juin dans le nord du pays, alors qu'ils réalisaient un reportage pour Europe 1.

► ► ► Didier François et Edouard Elias otages depuis trois mois en Syrie

Pour marquer ces trois mois de captivité, des rassemblements étaient organisés ce vendredi un peu partout en France : Paris, Strasbourg, Bordeaux, Bayeux ou Lille.

"L'initiative d'aujourd'hui est nationale ", a expliqué Karen Lajon, grand reporter au Journal du Dimanche , qui s'occupe avec Florence Aubenas (Le Monde ) et Serge July (Libération ) du comité de soutien. "Chaque mairie déroule des bâches avec le visage de Didier et d'Edouard, notamment à Paris. Les maires de France ont répondu de manière très positive à cette initiative ."

"Il faut faire énormément de bruit, il faut faire du battage ", expliquait également le journaliste Hervé Ghesquière, lui-même otage des talibans en Afghanistan pendant un an et demi, pour qui ce type de médiatisation est indispensable. 

Soutenus par Harlem Désir et Martine Aubry

Les photos des deux otages ont même été affichées au siège du Parti socialiste, à Paris. On pouvait y lire "Libérez les otages " et "Nous ne vous oublions pas ". Premier secrétaire du PS, Harlem Désir a rendu hommage au grand reporter d'Europe 1  et au photoreporter indépendant, en présence de plusieurs cadres du parti. 

"J'ai voulu que le PS et les collectivités se mobilisent en affichant des portraits, en espérant qu'ils nous entendent ", a-t-il indiqué. 

La maire de Lille s'est également exprimée au sujet de Didier François et Edouard Elias. "Didier François est un forcené de l'information. Il a connu tous les terrains de guerre et tous les terrains d'affrontements, ces dernières années la Bosnie, la Tchétchénie, l'Irak, Gaza, l'Afghanistan. [...] C'est un homme qui connaît son métier, qui sait où il doit aller, où il peut aller, mais qui n'oublie pas que sa mission essentielle, c'est d'informer les citoyens sur ce qui se passe dans le monde ", a noté Mme Aubry. 

"Édouard, c'est un jeune garçon de 22 ans qui a été très vite repéré pour son travail de photographie justement en Syrie et qui est parti avec Didier ", a-t-elle poursuivi. 

Des maires de droite comme de gauche appellent au rassemblement

Des maires de droite et de gauche ont appelé à un rassemblement, comme Alain Juppé (UMP) à Bordeaux et Bertrand Delanoë (PS) à Paris, tous deux à 18H00.

Ils seraient toujours vivants

"C'est à nous de maintenir une forme de pression pour ne pas qu'on n'oublie. Les gens n'ont pas que ça à penser, c'est à nous de trouver un évènement qui, à chaque fois, maintienne l'attention. Peut-être que eux l'entendront ", a expliqué Karen Lajon. 

"Ce que nous savons c'est qu'ils sont vivants. Cette information a été connue au mois d'août et confirmée par le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, il y a peu, " poursuit-elle. "Nous ne savons pas où ils sont, ni dans quel état ils sont. "

Vous êtes à nouveau en ligne