L'Unicef s'alarme des conditions de vie des enfants en France

(Le rapport de l'Unicef dénonce notamment les conditions de vie des enfants migrants. © Maxppp)

Dans un rapport publié ce mardi, l'Unicef dénonce les conditions de vie de plus de trois millions d'enfants en France. Selon le Fonds des Nations unies, un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté.

Plus de trois millions d'enfants, soit un sur cinq, vivent sous le seuil de pauvreté en France, 30.000 sont sans domicile, 9.000 habitent des bidonvilles et 140.000 décrochent de l'école chaque année. Dans un rapport publié ce mardi, l'Unicef fustige les conditions de vie des enfants de moins de 18 ans dans notre pays.

De 2008 à 2012, 440.000 enfants supplémentaires ont ainsi plongé avec leurs familles dans la pauvreté, avec une prise en compte de l'impact de la crise "dramatiquement insuffisante", selon cette analyse de l'Unicef France, intitulée "Chaque enfant compte. Partout, tout le temps " et remise aux experts du Comité des droits de l'enfant, instance de l'ONU.

"Ce rapport est un cri d’alarme et une demande d’impulsion politique forte", explique Bénédicte Jeannerod, porte-parole de l'UNICEF
--'--
--'--

36 recommandations au gouvernement

Beaucoup d'entre eux "cumulent les inégalités aux conséquences désastreuses pour leur avenir et celui de la société". Michèle Barzach, présidente de l'Unicef France, le reconnaît : "Notre rapport est un cri d'alarme qui doit pousser les autorités à agir d'urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant ".

L'Unicef France, qui vient d'être auditionné par le Comité des droits de l'enfant, met en lumière les zones d'ombre de l'application de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) en France, interpelle le gouvernement sur les progrès à réaliser et émet 36 recommandations concrètes.

A LIRE AUSSI ►►► Les enfants, victimes ignorés de la crise selon l'Unicef

"En dépit d'efforts considérables (...), la France échoue en partie à l'égard de l'enfance et de la jeunesse et ce sont les plus fragilisés par la pauvreté, l'exclusion sociale, les discriminations, mais aussi par cette période si particulière qu'est l'adolescence, qui en payent le plus lourd tribut ", poursuit Michèle Barzach dans ce rapport. Le rapport dénonce notamment "la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés et/ou vivant en bidonvilles" au nombre de 8.000 à 10.000.

Vous êtes à nouveau en ligne