L'Assemblée nationale interdit la vente de cigarettes électroniques aux mineurs

(Maxppp)

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, voulait que la cigarette électronique soit soumise au même régime que le tabac : interdiction de publicité, interdiction de vente aux mineurs, interdiction de fumer dans les lieux public. Les députés ont accédé à la première demande.

Combien sont-ils, ces fumeurs d'un nouveau genre, qui disent vapoter plutôt que fumer - la cigarette électronique ne rejette que de la vapeur d'eau ? 500.000 l'an dernier, plus d'un million cette année. Le problème, aux yeux des autorités sanitiares du moins, c'est que la cigarette électronique pourrait inciter les plus jeunes à commencer à fumer.

C'est donc au nom de la santé publique que les députés ont adopté ce jeudi un amendement - en marge du projet de loi sur la consommation - qui interdit la vente de cigarettes électroniques aux moins de 18 ans. Cet amendement a presque pris de court la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui avait annoncé le mois dernier son intention de soumettre la cigarette électronique aux même règles que la cigarette classique : interdiction dans les lieux publics, interdiction de publicité, et interdiction de vente aux mineurs.

Haro sur la cigarette électronique donc, accusée de tous les maux. L'enquête demandée par la ministre au pneumologue Bertrand Dautzenberg, président de l'Office français de prévention du tabagisme, a sans doute fait son chemin. Le professeur estimait ainsi que cette cigarette n'était pas suffisamment encadrée alors que les risques sanitaires à long terme étaient encore méconnus.

Vous êtes à nouveau en ligne