L'Assemblée nationale adopte la réforme sur les retraites

(Maxppp)

Les députés ont voté ce mardi après-midi en première lecture le projet de loi sur les retraites avec 270 voix pour contre 249. Les élus du Front de gauche, l'UMP et l'UDI ont voté contre ce texte qui prévoit le maintien de l'âge légal de départ à 62 ans mais allonge la durée de cotisation à 43 ans. Le Sénat examinera le texte à partir du 28 octobre prochain.

Jusqu'au bout, le gouvernement aura eu du mal à faire passer
son texte auprès des députés. L'Assemblée nationale a bel et bien adopté en
première lecture le projet de réforme sur les retraites en première lecture mais
ce n'est pas un raz de marée : 270 voix pour contre 249.

Une majorité divisée

Il faut dire que la
gauche n'a pas voté d'un seul bloc. Comme les élus de l'UMP et de l'UDI, les
députés du Front de gauche ont voté contre une réforme "anti-social" avec l'allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans d'ici 2035.

De leur côté le groupe EELV et les
radicaux de gauche se sont abstenus. Pour ces derniers, l'article 4 du projet de loi qui prévoit de décaler de six mois la revalorisation des retraites "amputera le pouvoir d'achat des retraités ".

Résultat de ces divisions: seul le groupe socialiste a voté en faveur du texte (moins sept abstentions dans les rangs du PS). Ce qui semble plaire à l'opposition.

"Ce projet de loi est tout sauf une réforme ", a lancé Philippe Vigier. Le porte-parole du groupe UDI accuse le gouvernement et la majorité "d'imposture manifeste ".

Des milliers de manifestants dans la rue

Un vote également contesté dans la rue. A
l'appel de quatre syndicats, plus de 150 rassemblements ont eu lieu ce mardi à
travers le pays.

Même si FO revendique "plus de 15.000 personnes " sur la place de la Concorde à Paris, la mobilisation a été cependant moins forte ce mardi que le 10 septembre dernier (entre 155.000 et 370.000 manifestants).

De son côté, la CGT "propose d'examiner avec les autres organisations syndicales les suites à donner pour peser jusqu'au bout sur le débat parlementaire ".

"Le flambeau des conquêtes sociales passées "

De son côté, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, se réjouit du vote de son texte.

"Nous reprenons le flambeau des conquêtes sociales passées et nous renouons avec l'ambition d'un modèle de cohésion qui aforgé l'identité de notre pays", (Marisol Touraine)

Les élus socialistes font également bloc derrière le gouvernement.

Ils mettent notamment en avant le vote d'un amendement qui permet aux jeunes de valider deux trimestres de stage dans la durée de cotisation des retraites. 

Que prévoit précisément le projet de loi ?

Lire le projet de loi "garantissant l'avenir et
la justice du système de retraites"
.

Avant un deuxième round à l'Assemblée nationale, le texte part pour le Sénat. Il y sera examiné à partir du 28 octobre.