Vol de nourriture périmée : coupables mais dispensés de peine

(Pas de peine pour trois personnes reconnues toutefois coupables de vol de nourriture © MaxPPP)

Trois personnes étaient accusées d’avoir volé de la nourriture jetée par un supermarché. Mardi, le tribunal de Montpellier les a reconnues coupables, mais sans prononcer de peine.

Un jeune couple et un de ses amis avaient été interpellés en mai l’an dernier aux abords d’un supermarché de Frontignan, près de Montpellier. Ils récupéraient des produits alimentaires dont le magasin s’était débarrassé. Comme les poubelles se trouvaient dans une cour intérieure et fermée, les poursuites visaient un vol aggravé. Le tribunal a estimé qu’il y avait bien eu vol, mais les trois prévenus n’écopent d’aucune condamnation.

A LIRE AUSSI ►►►Nourriture périmée récupérée : trois personnes jugées dans l'Hérault

"L'état de nécessité" a eu gain de cause

Le jeune couple impliqué dans cette affaire a expliqué son périple nocturne près du supermarché par le besoin de se nourrir en fouillant les poubelles. Leur avocat, Me Jean-Jacques Gandini, a plaidé "l’état de nécessité " et fait remarquer si le couple avait fouillé des poubelles dans la rue, il n’aurait pas eu tous ces ennuis.  

Dans son réquisitoire, le procureur-adjoint n’a pas demandé de peine contre les deux jeunes gens de 24 et 25 ans. "Le parquet de Montpellier ne s’acharne pas contre les pauvres " a-t-il précisé, regrettant toutefois que le couple n’ait pas demandé "l’autorisation à la direction du supermarché " avant de se servir dans les poubelles.

En revanche, le magistrat a réclamé du travail d’intérêt général à l’encontre de l’homme, absent à l’audience, qui les avait accompagnés dans une voiture volée précédemment en Allemagne. Ce délit fait l’objet d’une autre procédure. 

Au final, aucune condamnation n’a été prononcée à l’issue d’un procès qui a mis à nouveau en lumière les tonnes de nourriture que jettent chaque année les enseignes, des produits un peu abîmés ou dont la date de consommation est dépassée, "trois millions de tonnes de fruits et légumes périmées" a dit l’avocat du jeune couple. Adrien, qui comparaissait aux côtés de son amie Léa, aurait voulu la relaxe, au nom de ce symbole du gaspillage. Il envisage de faire appel. 

Les réactions de deux des prévenus au tribunal de Montpellier : un reportage d'Aude Raso, France Bleu Hérault
--'--
--'--
Vous êtes à nouveau en ligne