Vidéosurveillance d'Abdeslam : le Conseil d’État rejette la demande de suspension

(La prison de Fleury-Mérogis où Salah Abdslam est incarcéré © AFP/ Eric Feferberg)

Les caméras de vidéosurveillance ne vont pas cesser de filmer Salah Abdeslam dans sa cellule de la prison de Fleury-Mérogis. Le Conseil d'Etat a rejeté sa demande de suspension.

Salah Abdeslam pourra continuer à être filmé en continu dans sa cellule de Fleury-Mérogis. Le Conseil d'Etat a rejeté ce vendredi la demande de suspension de la vidéosurveillance. Salah Abdeslam, l'un des auteurs présumés des attentats de Paris le 13 novembre dernier estimait que cette vidéosurveillance "méconnaissait le droit au respect de la vie privée". 

Dans son arrêt rendu ce jeudi, le Conseil d'Etat rappelle qu’une telle vidéosurveillance continue ne peut être mise en place que dans les cas où le suicide ou l’évasion du détenu pourraient avoir une incidence importante sur l’ordre public. Le 17 juillet dernier, le tribunal administratif de Versailles avait lui aussi refusé de suspendre la vidéosurveillance de la cellule de Salah Abdeslam. 

Le ministre de la Justice avait décidé, le 17 juin 2016, de le placer sous surveillance continue dans sa cellule, au moyen d’un système de vidéosurveillance, pour une période de trois mois renouvelable.

A LIRE AUSSI ►►► A Fleury-Mérogis, peut-on filmer Salah Abdeslam 24h/24 ?