VIDEO. Profession : indic

"Pas de belles affaires sans 'tonton'…" disent les policiers. Quelque 2 000 indics seraient officiellement déclarés, avec un statut d'informateur encadré par la loi. "Complètement d’enquête" sur la vie secrète des indics.

Arrestation de Rédoine Faïd en 2018, interpellation de braqueurs de fourgons à Lyon en 2017 ou fin de cavale du "roi de la belle"Antonio Ferrara en 2003 … "Pas de belles affaires sans 'tonton'…" disent les policiers. En effet, tous ont été "balancés" par un ami, un cousin ou un concurrent en échange d'une récompense. La police compterait aujourd'hui 2 000 indics officiellement déclarés, inscrits au Bureau central des sources, avec un statut d'informateur encadré par la loi depuis 2004.

Une vie dangereuse

Comme "Jamel", l'un des plus gros indics parisiens qui, en vingt ans, a permis aux policiers de procéder à des dizaines d'arrestations. Ce quinquagénaire passe ses nuits au cœur du Paris des voyous et "balance" les gros bonnets comme les petites frappes, et même les prostituées. Un rôle dangereux qui est devenu un mode de vie pour "Jamel". Son atout, c'est son CV qui endort la méfiance des trafiquants : celui d'un voyou de haut vol qui a déjà fait quinze ans de prison.

A Bordeaux, Walid informe aussi les policiers, mais sa motivation est autre : sans papiers, il compte sur cette collaboration pour éviter une expulsion. Il aide les autorités à traquer les filières de faux papiers et de clandestins, ou à repérer des réseaux de travail au noir. Une vie dangereuse car le milieu déteste les mouchards…

Une enquête de Thomas Lelong diffusée dans "Complément d'enquête" le 28 novembre 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne