VIDEO. "On ne s'attendait pas à faire face à un individu armé"

Francetv info

La violence subie par les policiers lors du coup de filet anti-terroriste pose des questions sur les méthodes d'interpellation des suspects dans ce genre d'affaire, quelques mois après l'affaire Merah.

FAITS-DIVERS - Un homme armé d'un 357 Magnum vidant son chargeur sur la police venue le chercher. C'est la scène qu'ont vécu les policiers strasbourgeois chargés d'interpeller un trentenaire suspecté d'être lié à une cellule terroriste. Le tireur a finalement été abattu et les fonctionnaires de police ont pu prévenir leurs collègues de la dangerosité des autres suspects qu'ils s'apprêtaient à arrêter à Cannes et en région parisienne.

D'après la sous-direction anti-terroriste, les suspects n'ont pas été sous-estimés, au regard de leur passé délinquant peu violent. Mais comme l'explique Franck Genauzeau et Tristan Le Bras pour France 2, certains policiers se posent aujourd'hui des questions sur les méthodes employées par les forces de l'ordre dans des affaires touchant au terrorisme.

 

Vous êtes à nouveau en ligne