VIDEO. Ecoutes : Sapin charge Sarkozy, un "pervers"

Europe 1

Le ministre du Travail a défendu sa collègue de la Justice.

Attaque, contre-attaque. "Au début, il y a des enquêtes contre Nicolas Sarkozy, à la fin, il y a des écoutes contre Nicolas Sarkozy. Et on va s'occuper des enquêtes contre Nicolas Sarkozy, enfin... Les juges vont s'occuper de l'enquête contre Nicolas Sarkozy." Invité d'Europe 1, jeudi 13 mars, Michel Sapin a tenté de recentrer le débat sur les écoutes et les affaires concernant l'ancien président de la République, et non sur la communication hasardeuse de Christiane Taubira.

Pour y parvenir, le ministre du Travail a vivement critiqué Nicolas Sarkozy, sans manquer d'égratigner le président de l'UMP, Jean-François Copé. Questionné sur ce que savait Manuel Valls, il a estimé qu'il "n'avait pas à savoir". Et d'ajouter : "Parce que M. Nicolas Sarkozy adorait avoir sur son bureau toutes les écoutes téléphoniques du monde, il faudrait que tous les autres ministres de l'Intérieur soient aussi pervers que lui, mais non."

"Taubira a sa place dans le gouvernement"

Il a enfoncé le clou : "On peut être ministre de l'Intérieur sans être pervers. On n'est pas tous obligés d'être à l'image de quelqu'un qui s'appelle Nicolas Sarkozy." Quant à la garde des Sceaux, Christiane Taubira, accusée par la droite d'avoir menti, elle a "évidemment sa place dans le gouvernement", selon lui.

"Qui fait l'objet d'enquêtes de justice ? Pourquoi parler aujourd'hui de Mme Taubira alors que ce qui est sur la table, ce sont des faits qui sont reprochés à M. Sarkozy ? Intéressons-nous éventuellement aux faits. (…) Laissons travailler tranquillement la justice, qui ira jusqu'au bout", a-t-il plaidé.

Vous êtes à nouveau en ligne