VIDEO. Couples criminels : "Le pacte de sang entre Michel Fourniret et Monique Olivier"

Monique Olivier a contacté Michel Fourniret quand il était en prison, par le biais d'une petite annonce. Leur correspondance a été à l'origine du pacte qui devait les lier pour perpétrer ou être complice d'un nombre de crimes, notamment sur mineures, dont le nombre exact reste encore un mystère. Extrait de "13h15 le dimanche" du 22 février.

Le serial killer Michel Fourniret n'avait, a priori, jamais tué avant sa rencontre avec Monique Olivier qui n'avait, de son côté, aucun antécédent criminel. Femme séparée souffrant de solitude, elle répond en 1987 à la petite annonce d'un homme incarcéré pour agressions sexuelles. Il lui révèle son obsession pour la virginité, ce qui a échappé à la vigilance de l'administration pénitentiaire.

Cet aveu ne choque pas Monique Olivier, bien au contraire. "Je veux travailler auprès de mon fauve, le seconder", écrit-elle. C'est alors qu'ils scellent un pacte : il tuera ses anciens amants et elle l'aidera à enlever des jeunes filles. Cette alliance meurtrière va durer seize ans !

L'union diabolique

L'"ogre des Ardennes" a avoué neuf meurtres, commis notamment sur des mineures entre 1987 et 2001, et il en aurait plusieurs autres à son actif. Ce pacte consacre une union diabolique entre un homme violeur, pédocriminel, tueur en série, et une femme qui sera condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité pour complicité et non-dénonciation de meurtres.

"Il arrive avec son paquet pervers, son obsession de la virginité, et elle avec sa vie de femme ratée. Petit à petit, ils vont faire de ça un pacte…", explique Daniel Zagury, psychiatre expert au procès Fourniret. Monique Olivier, toujours incarcérée, a divorcé de Michel Fourniret en 2010… par consentement mutuel.

Vous êtes à nouveau en ligne