VIDEO. Complément d'enquête. Métro, boulot, sextos

Complément d'enquête

Une femme sur cinq a fait face à du harcèlement sexuel dans sa vie professionnelle. Dans 90% des cas, les plaintes sont classées sans suite. Pour "Complément d'enquête", trois victimes racontent leur combat pour obtenir justice.

Une femme sur cinq a fait face à du harcèlement sexuel dans sa vie professionnelle. Dans 30% des cas, elles sont en situation précaire. Le harceleur est leur supérieur hiérarchique dans 18% des cas, leur patron dans 22%. L'écrasante majorité des plaintes, 90%, sont classées sans suite faute de preuve. "Complément d'enquête" a rencontré trois victimes qui ont fait appel à la justice.

Annabel Talon, ancienne directrice commerciale d'un grand groupe de coiffure, accuse le PDG de harcèlement sexuel depuis deux ans. Aujourd'hui recluse à la campagne chez ses parents, cette quadragénaire est brisée, à fleur de peau. Elle a déjà fait deux tentatives de suicide. Pour le magazine, elle raconte les SMS obscènes, jusqu'à 60 par jour, "les appels incessants sur sa ligne de bureau", et même une scène de harcèlement en plein comité de direction. L'indemnité qu'elle a obtenue est remise en question parce qu'elle a porté plainte.

Les prud'hommes plus à l'écoute que le pénal

Claire témoigne à visage caché. Pendant sa période d'essai, son chef lui aurait proposé de finir un travail dans sa chambre d'hôtel. Après son refus, elle apprend que la société ne la gardera pas. Elle décide alors de mener l'enquête, et découvre trois plaintes pour harcèlement contre le même homme. Claire n'ira pas au pénal, mais peut-être aux prud'hommes, réputés plus à l'écoute.

Katia, harcelée dans une PME familiale, consignait tous les faits dans son ordinateur. Après une plainte classée sans suite, elle obtient une demi-victoire aux prud'hommes : 30 000 euros de dommages et intérêts. Mais son harceleur n'a jamais été poursuivi...

Un reportage de Samuel Humez, Julie Martin et Gianni Collot, diffusé dans "Complément d'enquête. Sexe et pouvoir : que cache l'affaire Baupin ?" le 23 juin 2016.

Vous êtes à nouveau en ligne