VIDEO. Bel vante la "méthode" Hollande sur le dossier Cassez

Francetv info

Pour le président PS du Sénat, "le président Hollande a joué la carte de la discrétion, une méthode qui consiste à faire confiance aux institutions, et particulièrement à la justice mexicaine".

Jean-Pierre Bel a vanté, jeudi 24 janvier, "la méthode" de François Hollande pour parvenir à la libération de Florence Cassez, qui tranche selon lui avec celle de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy. Le président PS du Sénat a souligné au micro d'Europe 1 qu'il y avait "depuis plusieurs années" entre la France et le Mexique "un climat extrêmement défavorable". Pour Jean-Pierre Bel, "le président Hollande a joué la carte de la discrétion, une méthode qui consiste à faire confiance aux institutions, et particulièrement à la justice mexicaine".

Le socialiste a jugé que la rencontre en octobre du président François Hollande avec son homologue mexicain, Enrique Pena Nieto, qui n'était "pas encore investi" à la tête de son pays, avait été un moment "très important". Cette rencontre "s'est extrêmement bien passée", a-t-il jugé. Il a "été question de Florence Cassez et à partir de là nous savions que nous étions sur de bons rails", a-t-il estimé.

Questionné sur les déclarations de Claude Guéant, qui a qualifié de "basse politique" les critiques de la gauche sur la méthode Sarkozy, il a répondu : "Personne n'a envie de sombrer dans une quelconque polémique." François Hollande "a mis en place une méthode, une vraie stratégie", a-t-il dit. Jean-Pierre Bel a ainsi critiqué en creux l'action de Nicolas Sarkozy, sans jamais citer son nom : "Il y a eu un moment où on a tapé du poing sur la table parce que c'était une injustice énorme. On a vu que cela n'aboutissait pas et il a fallu s'adapter à la situation." "Nous avons travaillé sur la discrétion pour plus d'efficacité", a-t-il insisté.

Vous êtes à nouveau en ligne