VIDEO. "13h15". Quand les enquêteurs croyaient tenir une piste dans le double crime de Montigny-lès-Metz...

Patrick Dils a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le double meurtre, en 1986, des petits Cyril et Alexandre. Il avait avoué et les policiers n’étaient pas encore sur la piste du tueur en série Francis Heaulme... Extrait de "13h15 le samedi" du 20 mai.

Le 28 septembre 1986, deux enfants âgés de 8 ans, Cyril Beining et Alexandre Bekrich, sont retrouvés assassinés à coups de pierre à Montigny-lès-Metz, en Moselle. Sept mois après la découverte macabre, les enquêteurs croient enfin tenir une piste : un jeune garçon du quartier a été aperçu près du talus où les petites victimes jouaient, peu après l’heure supposée du double crime…

Patrick Dils, un apprenti cuisinier de 16 ans, est alors placé en garde à vue. Pendant son interrogatoire, il avoue les meurtres : "J’ai alors ramassé une grosse pierre… Je me suis mis entre les deux enfants étendus sur le sol, visage vers le ciel. J’ai frappé lourdement à deux mains, sans lâcher la pierre. Trois ou quatre fois sur la tête des deux enfants."

Quinze ans de prison pour rien

L’adolescent ne manque pas de détails pour décrire aux policiers la scène qu’il dit avoir vécue : "Le bruit que cela faisait était comme le bruit d’un melon qu’on écrase." Un mois plus tard, coup de tonnerre : le suspect numéro un de l’affaire de Montigny-lès-Metz revient sur ses aveux. Trop tard, le 27 janvier 1989, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’assises pour mineurs de la Moselle.

En 1997, une nouvelle piste relance l’affaire : le jour du crime, le tueur en série Francis Heaulme était présent près du talus. Après un troisième procès, Patrick Dils est finalement acquitté le 24 avril 2002. Il aura fait quinze ans de prison... A la suite d’un accord avec l’agent judiciaire du Trésor, l’Etat français lui accorde une indemnisation de plus d’un million d’euros, dont 700 000 euros pour lui-même, 160 000 pour ses parents et 40 000 pour son frère.

Vous êtes à nouveau en ligne