VIDEO. 13h15. Justice : Me Dupond-Moretti défend les hommes, pas les crimes

L’avocat Eric Dupond-Moretti pourrait-il défendre les auteurs des attentats du 13 novembre ? "Je pourrais et devrais le faire, parce que c’est mon métier. On peut défendre les hommes, mais pas les causes. Surtout pas celle-là", répond-il. Extrait de "13h15 le dimanche".

L’avocat Eric Dupond-Moretti, 54 ans, arpente les prétoires et anime la chronique judiciaire en se battant pour les droits de la défense depuis une trentaine d’années. Il était dans le sud de la France quand les attentats du 13 novembre ont été perpétrés à Paris et aux abords du Stade de France, faisant 130 morts et des centaines de blessés.

"Au fond, face à cela, on se dit qu’on devrait les éradiquer, quels qu’en soient les moyens. C’est la première réaction, mais c’est une réaction de victime", affirme-t-il en préambule, assis derrière le bureau de son cabinet, en tirant sur sa cigarette.  

"Ce qui distingue la barbarie de la civilisation"

"Acquittator", comme la presse a surnommé le pénaliste aux déjà 133 acquittements aux assises (en décembre 2015), reprend vitele dessus sur l’émotion : "Ce qui distingue la barbarie de la civilisation, c’est la règle de droit. S’il n’y en avait plus, cela signifierait qu’ils ont d’une certaine façon gagné."  

Pourrait-il défendre ceux qui ont fait ça ? "Je pourrais et devrais le faire, parce que c’est mon métier. On peut défendre les hommes, mais pas les causes. Surtout pas celle-là. Il faut essayer de comprendre comment un gamin de 20 ans a pour seule perspective le paradis et la seule barbarie pour y aller. Si on refuse de comprendre pourquoi, cela va générer de nouveaux jihadistes en herbe." 

Vous êtes à nouveau en ligne