VIDEO. 13h15. Air Cocaïne : y avait-il des valises d'or dans le Falcon 50 ?

Que transportait le Falcon 50 piloté par les Français Pascal Fauret et Bruno Odos qui se sont enfuis de la République dominicaine dans des conditions rocambolesques ? De la cocaïne ou des valeurs dont le transport n'aurait rien d'illégal s'il est déclaré ? Extrait de "13h15 le samedi" du 31 octobre.

Une note confidentielle adressée au chef de la police antidrogue dominicaine et signée par Michel Segura, un policier de l'ambassade de France en République dominicaine, serait en partie à l'origine des ennuis des quatre Français impliqués en 2013 dans l'affaire dite "Air Cocaïne" et condamnés à vingt ans de prison (vidéo), selon Philippe Heneman, président du comité de soutien aux deux pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos. Ce document daté du 23 mars 2013, soit quatre jours après leur arrestation sur le tarmac de l'aéroport de Punta Cana après la découverte de 700 kilos de cocaïne dans leur avion, est le compte rendu de l'interrogatoire du policier français.

"Aller voir des gars qui sortent de 48 heures de cachot, se présenter comme quelqu'un de l'ambassade sans décliner sa qualité de policier, enregistrer une déposition sans le dire, la transmettre à la justice dominicaine hors de tout cadre de coopération, ce n'est pas exactement une assistance consulaire, explique ce commandant de bord à Air France. Cette note a immédiatement été exploitée par le procureur dominicain. Le juge des détentions, vu l'ampleur de l'affaire, a envoyé tout le monde en cabane pour un an."

"Aucune connaissance du contenu exact des valises"

Transportaient-ils autre chose que de la cocaïne ? "Et même s'ils transportaient une cargaison d'or… Est-ce illégal ? Non ! Il suffit de payer la TVA à l'arrivée. Et pour être très franc, c'est en substance ce qu'ils ont dit au policier français, raconte cet ancien de l'Aéronavale. Les deux pilotes lui ont dit ne pas avoir connaissance de la nature du chargement et que c'était peut-être des valeurs ou de l'or, quelque chose comme ça, ce qui n'est pas illégal. C'est un transport de valeurs qui est reconnu et admis."

Les pilotes se sont-ils dit qu'ils allaient peut-être transporter de l'or ? "Oui, voilà, peut-être quelque chose comme ça, mais jamais de la cocaïne", répond Philippe Heneman. Selon la note connue de la justice dominicaine depuis le début, et qui n'a jamais été rendue publique, les pilotes ont déclaré n'avoir "aucune connaissance du contenu exact des valises chargées dans l'avion. Leur mission était de piloter cet avion peut-être avec un chargement de valeurs (or ou devises) à destination de la France". S'il y avait de l'or dans le Falcon 50, où est-il passé ?

Vous êtes à nouveau en ligne