Victoire en appel pour les salariés de Fralib

Les employés de Fralib ont participé à Marseille à la journée de manifestation contre l\'austérité, qui s\'est déroulée dans plusieurs villes de France le 11 octobre. 
Les employés de Fralib ont participé à Marseille à la journée de manifestation contre l'austérité, qui s'est déroulée dans plusieurs villes de France le 11 octobre.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP)

Les salariés de l'usine Fralib (Lipton, Eléphant), près de Marseille, remportent leur procès en appel contre Unilever jeudi et conservent leurs emplois. 

Les 182 employés de l'usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), qui produit les thés Lipton et Eléphant, ont remporté jeudi 17 novembre leur procès en appel contre la multinationale néerlando-britannique Unilever. Le plan de sauvegarde de l'emploi, que les salariés de l'usine ont porté devant la justice pour le faire casser, a été annulé. 

Le 21 juillet, en première instance, le comité d'entreprise de Fralib avait été débouté de sa demande d'annulation de la procédure d'information et de consultation sur le projet de fermeture de l'usine proposé par Unilever, qui a décidé de fermer cette filiale, jugée insuffisamment rentable. "Le chiffre d'affaires du groupe est en pleine croissance sur le plan mondial, toutes activités confondues, plus 44 milliards d'euros en 2010, 11 % de mieux qu'en 2009", stipule un document de la cour, qui annule donc la validité des licenciements prévus.

Les salariés ont occupé leur usine depuis le début du mois de septembre pour protester contre cette fermeture, rappelant, outre la préservation de leurs emplois, qu'ils sont les seuls en France à produire le célèbre thé Eléphant.

Vous êtes à nouveau en ligne