Soutien libyen à Sarkozy en 2007 : le domicile de Takieddine perquisitionné

L\'homme d\'affaires Ziad Takieddine à son domicile parisien, le 18 octobre 2012.
L'homme d'affaires Ziad Takieddine à son domicile parisien, le 18 octobre 2012. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Cette opération a lieu dans l'enquête sur les accusations de financement libyen de la campagne de Sarkozy. L'homme d'affaires avait dit détenir des preuves. 

Selon nos informations, une perquisition a été menée, jeudi 11 avril, chez Ziad Takieddine. Une quinzaine de policiers de la Division nationale d'investigations financières et fiscales se sont présentés vers 8 heures et demie au domicile parisien, dans le 16e arrondissement, de l'homme d'affaires, précise de son côté Europe 1.

Cette perquisition s'est effectuée dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris sur les accusations d'un financement libyen de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. Elle pourrait avoir pour but de retrouver des preuves et vérifier les déclarations de Ziad Takieddine. 

Les supposées preuves de Takieddine

Et pour cause : l'homme d'affaires franco-libanais avait affirmé, en avril 2012 dans Libérationqu'il avait peu de doutes sur l'authenticité d'une note dévoilée par Mediapart. Dans ce document, présenté comme officiel et daté de 2006, le régime Kadhafi donnait son accord au déblocage d'une somme de 50 millions d'euros. 

Fin décembre 2012, Ziad Takieddine était allé plus loin, devant le juge Van Ruymbeke, affirmant détenir des preuves de ce soutien. Selon ses dires, une aide financière, dépassant les 50 millions d'euros, a été versée "en décembre 2006 et janvier 2007" en vue d'aider Nicolas Sarkozy dans sa campagne présidentielle. Pour appuyer ses accusations, l'homme d'affaires évoquait de nombreuses rencontres entre Claude Guéant, alors directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, et Béchir Saleh, secrétaire particulier de Mouammar Kadhafi. Mais il n'a pas apporté d'éléments concrets étayant ses accusations, selon une source proche de l'enquête. 

Vous êtes à nouveau en ligne