Une "atteinte grave aux droits" dans deux centres éducatifs

(Maxppp)

C'est le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, qui tire la sonnette d'alarme. Il dénonce "un manquement grave aux droits fondamentaux des enfants" dans les centres éducatifs fermés l'Arverne à Pionsat (Puy-de-Dôme) et dans celui d'Hendaye (Pyrénées-Atlantiques).

Dans des recommandations publiées ce mercredi au Journal officiel (voir plus bas), Jean-Marie Delarue regrette notamment "l'absence totale d'un vrai projet éducatif" et  un recours fréquent à l'improvisation dans le centre de Pionsat. Ainsi au cours du contrôle ont été constatées des activités "largement improvisées (fauchage des abords, sorties avec l'homme d'entretien pour acheter du petit matériel, match de football à quatre sur le terrain multisports
goudronné...) qui ne présentaient qu'un intérêt éducatif très limité, voire inexistant, pour les jeunes".
Et Jean-Marie Delarue parle d'une "atteinte grave aux droits fondamentaux des enfants."

Quant au centre Txingudi d'Hendaye, il est critiqué pour sa localisation sur un ancien terrain de la Marine nationale difficilement accessible. Ainsi "la seule issue pour un jeune à pied est la double traversée des voies ferrées ". Ainsi que pour "la découverte, dans les congélateurs du centre, de stocks importants de viande dont la date de consommation était dépassée depuis plusieurs mois" .

"Le choix de l'implantation en dit long sur le sérieux avec lequel les dimensions de sécurité et d'éducation ont alors été envisagés" constate le contrôleur général des lieux de privation de liberté qui demande "instamment " le déplacement de ce centre vers un autre site. 

Des critiques et des recommandations qui ont été transmises aux ministères concernés, ceux de l'Education, de la Justice, des Affaires sociales et de la Santé.

 [null,null] Les recommandations du contrôleur des prisons sur deux centres éducatifs fermés publié par France_Info.fr