Un magistrat mis à la retraite d'office pour avoir tenté de voler 20 euros à un collègue

Le magistrat avait déjà \"fait l\'objet, en 2012, d\'une note de service lui ordonnant d\'arrêter de s\'enfermer seul dans les bureaux de ses collègues en leur absence\".
Le magistrat avait déjà "fait l'objet, en 2012, d'une note de service lui ordonnant d'arrêter de s'enfermer seul dans les bureaux de ses collègues en leur absence". (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Il avait déjà "fait l'objet, en 2012, d'une note de service lui ordonnant d'arrêter de s'enfermer seul dans les bureaux de ses collègues en leur absence", affirme L'Express.

Il a été pris la main dans le sac et a perdu son poste. Un avocat général de la cour d'appel de Nîmes (Gard) a été mis à la retraite d'office, rapporte Le Point, pour avoir tenté de voler un billet de 20 euros a un de ses collègues.

Le 28 juillet 2015, selon L'Express, "Didier D. est surpris dans le bureau" d'un autre magistrat. Celui-ci s'aperçoit que ses affaires ont été fouillées. Comme Didier D. a commis plusieurs intrusions de ce genre, il est rapidement soupçonné. Il avait déjà "fait l'objet, en 2012, d'une note de service lui ordonnant d'arrêter de s'enfermer seul dans les bureaux de ses collègues en leur absence", affirme L'Express.

Rayé des cadres par décret présidentiel 

"Le magistrat va finalement reconnaître la tentative de vol", poursuit Le Point. Il a déclaré, "selon la décision du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) rendue le 7 juin 2016 et que Le Point.fr a pu consulter, qu'il avait voulu prendre le billet de 20 euros pour se payer à déjeuner, avant de renoncer au dernier moment, jugeant la somme trop importante".

Epilogue : le magistrat en question n'a fait l'objet ni de plainte ni de poursuite, mais, comme l'a voulu le Conseil supérieur, d'une mise d'office à la retraite. Il a été rayé des cadres de la magistrature par un décret présidentiel du 23 août 2016.