UMP : au bord de l'implosion

(Benoit Tessier Reuters)

C'est l'escalade entre "copéistes" et "fillonistes". La tension entre les deux camps est encore montée d'un cran ce mercredi soir : l'ancien Premier ministre qui conteste l'élection de Jean-François Copé en s'appuyant sur des résultats "oubliés", menace d'un recours à la justice pour obtenir gain de cause.

Du jamais vu.  Jean-François Copé et François Fillon qui ont fait campagne l'un contre l'autre pendant six mois pour la présidence de l'UMP s'affrontent maintenant sur les plateaux de télévision et pourraient poursuivre devant les tribunaux.

Les
proches de Jean-François Copé sont sidérés : la menace de François Fillon, c'est l'arme nucléaire. S'il se
tourne vers la justice, c'est tout le parti qui paiera les pots cassés. L'ancien Premier ministre sait qu'il n'en sortirait pas indemne, mais il menace
quand même.

Au siège de l'UMP ce mercredi soir, les stratèges étaient en train
d'envisager toutes les possibilités : d'abord, Jean-François Copé pourrait déposer un recours
pour contester les résultats à Nice où les "copéistes" évoquent des fraudes. Et
puis, ils ont mis leurs avocats au travail pour évaluer la portée de la menace,
ils se demandent si François Fillon n'est pas obligé de passer par la commission des recours
avant de saisir la justice. Quant à l'hypothèse d'un intérim assuré par Alain
Juppé à la tête de l'UMP , c'est niet. François Fillon dit qu'il ira jusqu'au bout. Et
bien en face, Jean-François Copé est décidé à ne rien lâcher.

 

Vous êtes à nouveau en ligne