Mises en examen pour viols : la ligne de défense de Tariq Ramadan

France 2

L'islamologue Tariq Ramadan évite pour le moment une troisième mise en examen pour viol, mais il a dû changer sa défense. Celui qui s'érigeait en modèle de vertu a concédé des entorses à la morale qu'il enseigne. Il a reconnu avoir eu des relations extraconjugales, mais dit être victime de son "pouvoir d'attraction".

Devant les juges, Tariq Ramadan donne sa version des faits. Il a une nouvelle fois contesté les viols dont trois femmes l'accusent. En revanche, il a avoué pour la première fois avoir eu des relations consenties avec cinq femmes et s'est présenté comme un séducteur malgré lui. "Il y a deux types de choses dans ma vie, c'était énormément de relations virtuelles et des relations extraconjugales avérées", a assuré l'islamologue suisse le 5 juin dernier.

Entendu à nouveau par les juges en juillet prochain

Pour un des avocats des plaignantes, c’est un aveu intéressé. "Il veut sortir de détention provisoire et il sait qu'il doit donner quelque chose à la justice", a déclaré Me Éric Morain. Déjà mis en examen pour deux viols, Tariq Ramadan fait désormais l'objet d'une nouvelle plainte. Elle provient d'une ancienne escort-girl qui avait témoigné contre Dominique Strauss-Kahn dans le dossier Carlton. Elle accuse Tariq Ramadan de l'avoir violé à neuf reprises. L'islamologue reste incarcéré à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) et devrait être à nouveau entendu par les juges en juillet prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne