Affaire Tariq Ramadan : "Plus je hurlais et plus il cognait", décrit une victime présumée de l'islamologue

Tariq Ramadan lors d\'un discours à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 14 novembre 2003.
Tariq Ramadan lors d'un discours à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 14 novembre 2003. (MARTIN BUREAU / AFP)

La jeune femme, atteinte d'un handicap à la jambe, raconte avoir été violée par l'islamologue dans un hôtel en France, en 2009.

"Il était dans mon dos et quand je me retourne, ce n'est plus la même personne que j'ai en face de moi. J'avais l'impression d'avoir Docteur Jekyll et Mister Hyde, un regard de fou, terrifiant." Christelle* est la deuxième femme a avoir porté plainte contre l'islamologue suisse Tariq Ramadan pour viol, agression sexuelle, violence et menaces de mort. Elle s'est confiée mercredi 22 novembre à BFMTV et Marianne (article payant).

Les faits remontent à 2009, dans un hôtel de Lyon. Après avoir échangé pendant plusieurs mois sur les réseaux sociaux, Tariq Ramadan donne rendez-vous à la jeune femme handicapée à la jambe, en marge d'une de ses conférences. "Il m'a envoyé un SMS pour me dire qu'il était arrivé à son hôtel, qu'il souhaitait qu'on se rencontre au petit café en bas avant d'aller à la conférence, raconte-t-elle à Marianne. Mais il y avait énormément de passage, un de ses fans l'avait reconnu et n'arrêtait pas de nous regarder en ricanant."

"Il m'a dit : 'Je vais te chier dans la bouche'"

Ils discutent un moment dans le hall de l'hôtel puis le théologien musulman l'invite à boire un thé dans sa chambre pour être plus discrets. Une fois dans la pièce, Tariq Ramadan change soudainement de comportement.

"Il me donne un coup dans la béquille, il me fait tomber et il me récupère par les cheveux et j'ai eu la peur de ma vie. Et là, c'est l'enfer, c'est les coups, c'est des violences sexuelles, des mots ignobles, d'une vulgarité sans nom", raconte-t-elle à BFMTV, précisant que l'agression a duré "des heures". "J'ai hurlé, je hurlais 'Au secours !', j'ai hurlé 'Non !'", détaille-t-elle. "Il m'a dit : 'Je vais te chier dans la bouche'".

Il m'a dit : 'Toi, tu m'as fait attendre longtemps, tu vas prendre cher !'Christelle à Marianne

Tariq Ramadan traîne Christelle dans la salle de bain par les cheveux pour lui uriner dessus. "J'ai même perdu connaissance pendant un moment. C'est la douleur qui m'a réveillée. Il introduisait brutalement quelque chose de gros dans mon vagin", raconte-t-elle à Marianne. "L'instinct de survie m'a fait comprendre qu'il fallait faire profil bas." Au bout d'un long moment, l'islamologue lui dit : "Je t'enferme". Il sort donner sa conférence. Elle parvient à s'enfuir. "Je ne sais même pas comment je suis rentrée. Je sais juste que j'ai marché jusqu'à un arrêt de bus malgré la douleur (...) J'étais en terreur."

Selon la plaignante, Tariq Ramadan ne s'arrête pas ce jour-là. Pendant trois ans, il continue de la harceler psychologiquement. "Il me disait que c'était de ma faute, que je ne comprenais rien, que j'étais qu'une enfant", relate-t-elle à Marianne.

Christelle a porté plainte fin octobre et son témoignage est appuyé par des certificats médicaux qui dénombrent plusieurs hématomes et des lésions aux parties intimes. "Il m'a fallu beaucoup d'années pour me reconstruire. Ce n'est pas encore fini. J'ai besoin de la justice", confie-t-elle.

* Le nom a été modifié

Vous êtes à nouveau en ligne