Soupçon de collusion à Tarbes : Taubira demande une enquête

(Christiane Taubira a saisi vendredi l'Inspection générale des services judiciaires © MAXPPP)

L'Inspection générale des services judiciaires va enquêter sur des informations de Mediapart. La procureure de Tarbes aurait recueilli puis fait transmettre au maire UMP de la ville des informations sur une procédure le concernant.

Depuis le début des investigations, en juin 2013, contre le maire UMP de Tarbes, Gérard Trémège, les enquêteurs sont perplexes. L’enquête qui porte sur l'octroi de marchés publics par la mairie de Tarbes et  l'achat et la revente de terrains par la municipalité, est  ouverte pour prise illégale d’intérêt, favoritisme, détournement de fonds publics et blanchiment, sur fond de soupçons de trucages des marchés publics.

Mais à chaque fois les perquisitions ne donnent rien, comme si les enquêteurs avaient toujours un coup de retard. Selon Médiapart, c’est la procureure de Tarbes, Chantal Firmigier-Michel, qui aurait informé le maire du déroulement de l’enquête et aurait même continué à suivre le dossier de très près, malgré le dépaysement de l’affaire à Pau. Des écoutes téléphoniques révèleraient que la procureure aurait tenté de conseiller l'élu mis en cause par la justice. La magistrate serait allée jusqu’à envoyer des policiers se renseigner auprès de témoins interrogés par les gendarmes qui mènent l'enquête. Devant l'émoi suscité par cette affaire et afin de lever toute suspicion, le ministère de la Justice a lancé une enquête interne, confiée à l'Inspection générale des services, qui va se rendre sur place dans les prochains jours. Contactée, la procureure de Tarbes n’a pas répondu à notre appel.

 

Vous êtes à nouveau en ligne