Sondages de Matignon : Fillon attend l'enquête "avec beaucoup de tranquillité"

(Reuters)

François Fillon affiche sa sérénité. Selon des informations du Parisien, confirmées de source judiciaire, le parquet de Paris a ouvert en toute discrétion une enquête préliminaire en octobre dernier pour "favoritisme" et "détournements de fonds publics", visant l'ancien gouvernement. L'ex-Premier ministre et ses collègues sont soupçonnés d'avoir utilisé sondages et dépenses de communication à des fins personnelles.

La procédure a été ouverte pour "favoritisme" et "détournement de fonds publics". Mais l'ex-Premier ministre s'en défend catégoriquement.

Rapport de la Cour des comptes

"Il n'y a rien de nouveau en ce domaine. Il y a eu une
enquête de la Cour 
des comptes sur ces pratiques qui a dit toutes les choses" , s'est justifié François Fillon, "Cour
des comptes, 
qui, je vous le rappelle, est présidée par un ancien élu
socialiste"
, Didier Migaud.

Dans ce rapport, la Cour des comptes, relevait des contrats
passés avec la société Giacometti-Péron sans mise en concurrence ni
publicité pour un montant de 694.959 euros
entre mai 2008 et juillet 2011. 

Anticor dénonce un usage de la communication "à des fins personnelles"

La figure de l'UMP ajoute que "tous les sondages"  ont été commandés "par appel d'offres"  et "sans aucune intervention"  des membres de son cabinet auprès du service d'information du gouvernement.

Mais l'association de lutte contre la corruption, Anticor, ne l'entend pas de cette oreille. Sa plainte contre X est à l'origine de l'enquête, et pour son avocat, Me Jérôme Karsenti, il s'agit d'une "très bonne nouvelle [...]   Notre objectif est la désignation d'un juge d'instruction pour que l'enquête soit contradictoire et que nous puissions faire des observations", ajoute le représentant légal d'Anticor.

L'avocat nomme directement d'anciens ministres comme Jean-Louis Borloo et Rachida Dati, qui auraient profité du budget communication du gouvernement pour "servir des ambitions personnelles"   : il s'agissait d'enquête sur leur image auprès de l'opinion.
Sur France 3, Jean-Louis Borloo se défend :
"Matignon faisait des sondages, demandait les questions qu'on voulait poser... Est-ce qu'un jour il y a eu une question complémentaire, je n'en sais rien", minimise l'ancien ministre du gouvernement Fillon.

Après l'Elysée, les sondages de Matignon ?

Anticor a déjà obtenu, grâce à des plaintes similaires, l'ouverture d'une enquête indépendante sur les sondages de l'Elysée, commandés sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Au terme d'une longue bataille procédurale, le dossier avait été confié au juge d'instruction Serge Tournaire en janvier.