SNCM : la justice rejette les candidatures et lance un nouvel appel d'offres

(Un ferry de la SNCM dans le port de Marseille, le 2 juin 2015. © Maxppp)

Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté mardi toutes les offres de reprises de la compagnie maritime. La procédure est donc relancée, de nouvelles offres peuvent être déposées. Une audience pour l'examen de ces futures offres est fixée au 25 septembre.

Aucun repreneur n'a convaincu. Le tribunal de commerce de Marseille a décidé de rejeter ce mercredi les offres de reprise pour la SNCM (Société nationale maritime Corse Mediterranée). Cela concerne les trois offres fermes, mais aussi les deux lettres d'intention remises le week-end dernier.

Le tribunal a été très clair dans sa décision : "aucune offre ne présente de garanties sérieuses de viabilité économique."  Un nouvel appel d'offres est donc lancé. L'audience pour examiner ces offres est fixée au 25 septembre. La SNCM emploie 1.500 CDI, et est en redressement judiciaire depuis fin novembre 2014.

Conséquence de cette décision judiciaire, le préavis de grève déposé pour ce jeudi par la CFE-CGC a été levé.

C'est une "satisfaction" , dit-on chez le syndicat. Tout comme à la CGT, qui estime que "tout était bouclé pour soit liquider la compagnie, soit la donner à un opérateur fantoche" .

En revanche, Transdev, l'actionnaire majoritaire de la SNCM estime que la "liquidation totale" se profile, parce que chaque jour compte pour sauver la SNCM. La Commission européenne elle aussi voulait aller vite. Elle réclame toujours le remboursement par la SNCM de 440 millions d'euros d'aides reçues illégalement de l'Etat, selon les règles européennes. Bruxelles annonce simplement froidement vouloir "analyser les conséquences" de cette décision du tribunal.

Vous êtes à nouveau en ligne