Serge Dassault contre-attaque

Serge Dassault dans son bureau du rond-point des Champs-Elysées, à Paris, le 12 décembre 2013.
Serge Dassault dans son bureau du rond-point des Champs-Elysées, à Paris, le 12 décembre 2013. (JDD / GILLES BASSIGNAC / SIPA)

Visé par une plainte pour association de malfaiteurs, l'ancien maire de Corbeil-Essonnes a lui aussi déposé une plainte, notamment pour "appels téléphoniques malveillants réitérés".

L'information est révélée mardi 7 janvier par Le Figaro, dont Serge Dassault est le propriétaire. Visé depuis le 3 janvier par une plainte pour association de malfaiteurs, l'industriel a lui aussi porté plainte, à Evry (Essonne), pour "appels téléphoniques malveillants réitérés, tentative d'extorsion de fonds, chantage, menaces, recel et complicité de ces délits".

Selon les avocats de l'homme d'affaires et sénateur UMP, leur client est la cible de graves pressions. Il avait d'ailleurs déjà porté ce même genre de plainte en novembre dernier contre Fatah Hou et un autre homme, René Andrieu. Dans leur courrier au procureur, les avocats de Serge Dassault affirment que les menaces se sont intensifiées ces derniers jours.

Des SMS de menaces

Les avocats ont notamment joint à cette plainte plusieurs SMS. L'un d'eux ferait clairement référence à la plainte déposée le 3 janvier, et aurait été envoyé le 24 décembre : "Pour vous souhaiter un bon Noël, sachez qu'une plainte sera déposée contre vous-même, R. R. [initiales d'un diplomate marocain], J.-P. Bechter [successeur de Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes], pour tentative d'enlèvement avec l'aide d'un Etat étranger, le 3 janvier. Il n'y a que vous qui puissiez arrêter l'engrenage de cette histoire qui sera votre fin."

Vous êtes à nouveau en ligne