Reclus de Monflanquin : dix ans de prison, en appel, contre Thierry Tilly

(Maxppp)

Condamné à huit ans de prison en première instance, la cour d'appel de Bordeaux a eu la main plus lourde : 10 ans de prison, la peine maximale. Et la même privation de droits civiques, pendant cinq ans. Thierry Tilly est reconnu coupable d'avoir ruiné une famille de notables du Sud-ouest, qu'il a maintenue sous son emprise pendant des années.

Dix ans de prison donc. Deux ans de plus que la peine décidée en première instance. Et la même provation de droits civique, cinq ans. Ainsi a statué la cour d'appel de Bordeaux, à l'encontre de Thierry Tilly, le "gourou" des "reclus de Monflanquin". Beaucoup de guillemets dans cette description... forcément expéditive.

Thierry Tilly était le seul à comparaître, son complice Jacques Gonzalez, 66 ans, condamné à quatre ans de prison par le tribunal correctionnel, s'étant désisté de son appel. 

Les deux hommes avaient été condamnés à indemniser les victimes à hauteur de 4,6 millions d'euros pour le préjudice matériel et de 505.000 euros pour le préjudice moral, ce que la cour d'appel a confirmé.

Dans ses requisitions, l'avocat général avait décrit la palette de techniques de manipulations dont il avait usé, entre 1999 et 2009 : il avait d'abord séduit la famille de Védrines, avant de les convaincre qu'ils étaient visés par un complot, et de les délester progressivement de leurs biens. Pour un montant total estimé à 4,5 millions d'euros.

L'un des avocats de la famille de Védrines s'est félicité de cet arrêt, qui reconnaît pleinement la "notion d'emprise mentale". L'avocat de Thierry Tilly a, lui, indiqué que son client n'excluait pas de se pourvoir en cassation.

Vous êtes à nouveau en ligne