Racisme "anti-Blanc" : 3 ans ferme mais la circonstance aggravante de racisme écartée

Un RER en Gare du Nord à Paris, le 8 novembre 2011.
Un RER en Gare du Nord à Paris, le 8 novembre 2011. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme demande au parquet de faire appel.

Le coauteur d'une violente agression dans le RER en septembre 2010 a été condamné aujourd'hui à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris, qui n'a cependant pas retenu contre lui la circonstance aggravante de racisme "anti-Blanc". La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), qui juge le caractère raciste indéniable et s'est portée partie civile, a invité le parquet à faire appel. 

Selon l'avocat de la victime, le caractère anti-Blanc de l'agression, rapporté par plusieurs témoins, a été retenu par le tribunal correctionnel mais attribué au second auteur qui n'a pas été retrouvé. Or la lecture du dossier "nous permet de dire que cette circonstance aggravante s'applique aussi au prévenu, il y a deux co-auteurs", a-t-il dit.

"Sale Blanc" et "sale Français"

Le 12 septembre 2010, un homme de 28 ans avait été apostrophé dans le métro parisien par deux hommes qui l'avaient suivi avant de l'agresser à la gare du Nord. L'accusation reproche à Arnaud Djender, Blanc lui-même, d'avoir porté des coups entraînant une interruption temporaire de travail de 39 jours. Entre autres insultes, il aurait lancé "sale Blanc" et "sale Français" à sa victime, selon un témoin.

Le prévenu, qui a reconnu sa présence sur les lieux de l'agression, a dit avoir porté des coups afin de protéger un camarade et en a contesté le caractère raciste. "Il n'y a absolument aucun élément qui établisse que mon client a prononcé la moindre insulte à caractère raciste, et encore moins (...) anti-Blanc, ce qui serait absurde puisqu'il est lui-même Blanc", a déclaré son avocat.

Jean-François Copé, lors de la campagne pour la présidence de l'UMP en septembre dernier, avait fait resurgir ce thème dans le débat politique en l'évoquant notamment dans son livre "Manifeste pour une droite décomplexée". 

Vous êtes à nouveau en ligne