Tempête Xynthia : six ans après, les victimes pansent encore leurs plaies

FRANCE 3

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia avait fait 47 morts en France, dont 29 à la Faute-sur-Mer. René Marratier, le maire de l'époque, a été condamné en appel, lundi 4 avril, à deux ans de prison avec sursis.

Six ans après la tempête Xynthia, qui avait fait 47 victimes en France,  les habitants de la Faute-sur-mer n'ont toujours pas pansé leurs plaies. Dans la "cuvette de la mort", aujourd'hui inhabitable, des pelleteuses continuent  d'évacuer des gravats. Lundi 4 avril, la justice a rabaissé la peine de René Marratier, ancien maire de la Faute-sur-Mer, à deux ans de prison avec sursis, au lieu des quatre ans ferme retenus en première instance. "Je crois que ce n'est pas cher payé", regrette un habitant. "Ce n'est pas lui qui a fait passer l'eau au-dessus de la digue", tempère un autre.

47 victimes, dont 29 à la Faute-sur-Mer

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête avait submergé le littoral atlantique, faisant 47 victimes en France, dont 29 dans la commune de la Faute-sur-Mer. Dans des secteurs à risque, les habitants ont pu rester à condition de construire une pièce de survie au premier étage. Personne ne s'attendait à une telle catastrophe, même si certains savaient que le village était exposé en cas de tempête. Xynthia était une tempête exceptionnelle, comme il s'en produit une ou deux par siècle. À la Faute-sur-Mer, les règles de sécurité ont été renforcées et les habitants veulent tourner la page en espérant que le village retrouvera sa tranquillité.
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne