Procès Xynthia : Corinne Lepage dénonce la cupidité des élus

(Corinne Lepage défend 120 parties civiles au procès Xynthia © Maxppp)

Au procès de la tempête Xynthia, cette dernière semaine est consacrée aux plaidoiries des avocats. Corinne Lepage, qui défend les 120 parties civiles, a visé ce lundi les élus "cupides" de la Faute-sur-Mer qui ont eu une politique effrénée d’urbanisation.

Dernière semaine du procès Xynthia devant le tribunal correctionnel des Sables-d'Olonne. Une semaine consacrée aux plaidoiries des avocats, qui tentent de convaincre le tribunal. Ce lundi, ce sont les avocats des victimes qui ont avancé leurs arguments, notamment Me Corinne Lepage. Dans la nuit de la tempête en février 2010, 29 habitants de La Faute-sur-mer sont morts.

 

L’ancien maire était "très autoritaire" et se "comportait comme un véritable roitelet" (Corinne Lepage, avocate des victimes)

 

L’avocate a estimé que les élus, poursuivis notamment pour "homicides involontaires", ont fait "le choix commun d'aller vers une urbanisation massive ", au mépris des risques d'inondation, que le maire "connaissait parfaitement ". L’avocate d’Avif, l'association des victimes, a décrit l’ancien maire de de La Faute-sur-mer, René Marratier, comme un maire "très autoritaire, qui se comportait comme un véritable roitelet, (...) un homme intelligent qui a joué une comédie devant nous, celle de l'idiot du village ".

Un maire "je m’en foutiste"   

L’ancien maire fait partie des quatre personnes poursuivies dans ce procès, tout comme Françoise Babin, son ex-adjointe à l'urbanisme et propriétaire de terrains. Me Corinne Lepage a insisté sur leur responsabilité : "Non, M. Marratier n'est pas ce pauvre bougre, qui a fait tout ce qu'il pouvait avec ses petits moyens dans sa petite commune. Non, Mme Babin n'est pas quelqu'un de parfaitement éthique, qui aurait bien séparé ses intérêts personnels de ses fonctions à la mairie (...). Son patrimoine familial a été multiplié par vingt pendant les dix dernières années ".

 

Il y a quelques jours, lors du procès, l’ancien maire a assuré avoir "tout fait " pour "sécuriser " la population. Chose sur laquelle le tribunal devra trancher car les deux élus sont poursuivis pour avoir signé des permis de construire pour des maisons de plain-pied qui auraient dû comporter un étage. "C'est parce que M. Marratier, Mme Babin (...) ont passé par pertes et profits cette priorité, et surtout par profits, qu'ils sont renvoyés devant ce tribunal ", a estimé Me Corinne Lepage.

 

L’avocate a également qualifié le comportement de l’ancien maire de "je m'en foutiste " la veille de la tempête car qu’il n’a "pas pris la peine d'alerter la population " que l’alerte météo était rouge (une première en Vendée). Son confrère, le bâtonnier Yves-Noël Genty, a quant à lui dénoncé un "Etat pas à la hauteur de la tâche ".

►►► TEMOIGNAGE | Tempête Xynthia : avant le procès, des paroles de souffrance