Procès Fouquet : le show Redoine Faïd devant les assises de Paris

(Redoine Faïd © MaxPPP)

Pour le deuxième jour du procès Fouquet aux assises de Paris, la cour a examiné la personnalité de Redoine Faïd. Le braqueur vedette, très sûr de lui, se dit "innocent de A à Z".

La cour d'assises de Paris a assisté mercredi au show Redoine Faïd. D'abord il a fait lire une lettre pour s'adresser directement à la mère d'Aurélie Fouquet, la jeune policière municipale tuée le 20 mai 2010 à Villiers-sur-Marne. Il a vu, il a entendu mardi dans les médias qu'elle l'avait trouvé "arrogant ". "Ça n'a jamais été mon intention ". Le braqueur dit qu'il "respecte sa douleur ". Mais il a expliqué qu'il avait bien l'intention de se défendre.

Et ça s'est vu. Mercredi après-midi, il n'a absolument rien lâché : sur son image de grand braqueur, sur sa prétendue influence dans le milieu. "Ce ne sont que des fantasmes, des délires de journalistes ." Il l'a répété, il a tourné la page. Il n'a rien à voir avec ce braquage qui a mal tourné.

Comment croire Redoine Faïd?

Mais alors pourquoi s'est-il enfui? Il a eu peur de la prison. Pourquoi s'est-il évadé deux ans plus tard en faisant sauter les murs de la prison? Là encore, il a une explication. Et on voit d'ailleurs qu'il jette toutes ses forces dans la bataille. Il décrit ses conditions de détention, son isolement. Il raconte également qu'il a trouvé quasiment par hasard un sac rempli d'explosifs et que l'occasion était en quelques sortes trop belle.  

Comment croire cet homme, c'est la question clé. Redoine Faïd a du talent. Ça se voit peut-être trop, quitte parfois à agacer. En tout cas mercredi après-midi, il a commencé très clairement à plaider, en s'adressant souvent directement aux jurés pour tenter de les convaincre de sa bonne foi. Même s'il n'est pas jugé pour meurtre, il sait qu'il risque la réclusion criminelle à perpétuité. 

"Beaucoup plus humble"

Une attitude générale qu'a appréciée Elisabeth Fouquet, la mère de la victime. "Il a adopté une autre attitude, beaucoup plus humble. Je ne peux que m'en réjouir. En tout cas c'est plus vivable comme ça.

"Il s'est amendé, c'est une évidence"', Elisabeth Fouquet
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►►Meurtre d'une policière municipale : neuf braqueurs aux assises

Vous êtes à nouveau en ligne