Procès des paris suspects : la compagne de Nikola Karabatic le dédouane

(Géraldine Pillet soutient que Nikola Karabatic ignorait qu'elle avait parié sur la rencontre © MaxPPP)

Géraldine Pillet, la compagne du handballeur Nikola Karabatic, a affirmé mardi, devant le tribunal de Montpellier, ne jamais lui avoir parlé de ses intentions de parier sur le match Cesson-Montpellier, présumé truqué. Elle a également reconnu avoir été motivé "l’appât du gain".

Géraldine Pillet est jugée, comme Nikola Karabatic, parmi 16 prévenus dans le dossier des paris suspects sur le match Cesson-Montpellier, présumé truqué. La compagne du célèbre handballeur a affirmé, ce mardi devant le tribunal correctionnel de Montpellier, qu’elle n'avait en aucun cas prévenu le demi-centre de l'équipe de France de handball de sa volonté de parier sur la rencontre Cesson-Montpellier. 

"Je ne lui ai pas parlé de mes intentions (de parier). Il se serait fermement opposé, parce que, lui, a une éthique" , a-t-elle déclaré. "C’était inenvisageable de lui en parler" , poursuit-elle. Un témoignage qui tend à dédouaner le joueur qui, de son côté, a toujours soutenu qu'il n'avait jamais été informé de ces paris. Nikola Karabatic sera entendu mercredi par le tribunal.

Par appât du gain

Invitée à exposer les raisons pour lesquelles elle avait entrepris de parier sur la rencontre, la jeune femme, employée d’hôtel pour 900 euros par mois à Paris, a reconnu l’avoir fait "pour le jeu" et "l’appât du gain" , encouragé en cela par Jenny Priez, la compagne de Luka Karabatic, le frère de Nikola. "Si c'était à refaire, je ne le referai pas" ,  a-t-elle expliqué en indiquant n'avoir pas mesuré les conséquences de son geste à l'époque des faits.

Mis en cause dans cette affaire, Luka Karabatic et Jenny Priez ont tous les deux reconnu qu’ils avaient parié. Cette dernière a également été entendue à la barre mardi. "Ces motivations étaient celles d'un parieur qui avait envie de tenter un coup de poker ", a expliqué Jennifer Priez. "Il (Luka) m'a donné ses motivations, c'est un expert (...) J'ai confiance en lui, j'ai joué pour lui comme il aurait pu jouer pour moi ". 

Vous êtes à nouveau en ligne