Procès des attentats de janvier 2015

Qui a aidé Amedy Coulibaly, ainsi que Chérif et Saïd Kouachi, à commettre leurs exactions en janvier 2015, contre la rédaction de "Charlie Hebdo", le supermarché Hyper Cacher de la porte de Vincennes et dans les rues de Paris et Montrouge ? C'est la question sur laquelle se penche la cour d'assises spéciale de Paris, dans un procès historique, prévu du 2 septembre au 10 novembre 2020.

Quatorze accusés (onze présents et trois absents) sont jugés pour leurs liens avec les trois terroristes. A la barre, 150 témoins et experts vont se succéder pour faire la lumière sur leurs actions et déterminer quel soutien ils ont pu apporter aux jihadistes. La majorité d'entre eux sont jugés pour "association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes"

Le procès, initialement prévu avant l'été, avait été reporté en raison de la crise sanitaire. Il sera intégralement filmé pour les archives historiques de la justice, une première en matière de terrorisme.

Le 7 janvier 2015, les frères Chérif et Saïd Kouachi commettent un attentat dans la rédaction de "Charlie Hebdo" à Paris, et assassinnent 11 personnes, avant de tuer le policier Ahmed Merabet. Le lendemain, Amedy Coulibaly tue la policière municipale Clarissa Jean-Philippe à Montrouge. Le vendredi 9, les frères Kouachi se réfugient dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), tandis qu'Amedy Coulibaly prend en otages les clients du magasins Hypercacher de la porte de Vincennes à Paris. Après l'assaut des forces de l'ordre, les trois terroristes sont tués. Au total, ils ont auront fait 17 morts.
plus
9 janvier 2017 : La mère de la jeune policière municipale, Clarissa Jean-Philippe, durant une cérémonie devant le mémorial à sa fille, à Montrouge. Clarissa Jean-Philippe a été abattue à Montrouge par Amédy Coulibaly, le 8 janvier 2015.

Le journal des Outre-mers. Procès des attentats de janvier 2015 : les avocats de la victime martiniquaise se sentent peu considérés

Des membres du syndicat des avocats de France (SAF) opposés à l\'usage de la visioconférence au procès des attentats de janvier 2015, le 23 novembre 2020, au tribunal judiciaire de Paris.

"La justice n'est pas une réunion de copropriétaires" : le recours à la visioconférence aux assises inquiète avocats et magistrats

Maître Patrice Spinosi, en 2017.

"C'est la vie d'un homme dont on est en train de parler" : un avocat alerte sur les dangers de la visioconférence dans le procès des attentats de janvier 2015

Le principal accusé du procès des attentats de janvier 2015, Ali Riza Polat, le 26 octobre 2020.

Attentats de janvier 2015 : le procès reprendra lundi, le principal accusé suivra par visioconférence

Ali Riza Polat, l\'un des accusés du procès des attentats de janvier 2015, sur un dessin de l\'audience du 26 octobre 2020.

Le procès des attentats de janvier 2015 suspendu une semaine supplémentaire à cause de l'état de santé d'un accusé

Le premier jour du procès des attentats de janvier 2015, à Paris, le 2 septembre 2020. 

Attentats de janvier 2015 : le procès, suspendu depuis deux semaines, reprendra lundi

Dans les couloirs du Palais de justice de Paris lors de l\'ouverture du procès des attentats de janvier 2015, le 2 septembre 2020

Procès reportés, audiences suspendues : l'épidémie de Covid-19 grippe aussi le calendrier judiciaire

Le tribunal de Paris, où se tient le procès des attentats de janvier 2015 qui s\'est ouvert le 2 septembre 2020.

Attentats de janvier 2015 : le procès ne reprendra pas avant le 16 novembre en raison de cas de Covid-19 parmi les accusés

Le principal accusé du procès des attentats de janvier 2015, Ali Riza Polat, le 26 octobre 2020.

Attentats de janvier 2015 : le procès suspendu au moins jusqu'au 12 novembre après la découverte de plusieurs cas de Covid-19

Christophe Raumel (au centre), le 7 octobre 2020, au procès des attentats de janvier 2015.

Procès des attentats de janvier 2015 : une enquête pour subornation de témoin ouverte contre l'un des accusés classée sans suite

Ali Riza Polat, le 26 octobre 2020, lors de son interrogatoire au procès des attentats de janvier 2015.

Procès des attentats de janvier 2015 : Ali Riza Polat, le principal accusé, se pose en "bouc émissaire"

Ali Riza Polat, lors de son interrogatoire au procès des attentats de janvier 2015, le 4 septembre 2020.

"Je n’ai rien à faire dans le terrorisme. Vous voulez un coupable mais ça ne va pas être moi", témoigne Ali Riza Polat, au procès des attentats de janvier 2015

Peter Cherif en visioconférence devant la cour d\'assises spéciale de Paris, au procès des attentats de janvier 2015, le 23 octobre 2020. 

Au procès des attentats de janvier 2015, le silence pesant du jihadiste Peter Cherif

Des proches de Samuel Paty lors d\'une \"marche blanche\", le 20 octobre 2020, à Paris.

Regard sur l'info. Face aux attentats

La couverture du journal \"Charlie Hebdo\", le 2 septembre 2020. 

Procès des attentats de janvier 2015 : les dessinateurs racontent

Amar Ramdani (à gauche) dans le box des accusés, répond à la question d\'une avocate de parties civiles, le 7 octobre 2020 au procès des attentats de janvier 2015.

Les dessinateurs de presse, témoins du procès des attentats de janvier 2015

Sonia M., entendue comme témoin devant la cour d\'assises spéciale de Paris, au procès des attentats de janvier 2015, le 23 octobre 2020. 

Au procès des attentats de janvier 2015, la veuve du recruteur d'Amedy Coulibaly raconte la vie sous l'Etat islamique

Miguel Martinez lors de son interrogatoire au procès des attentats de janvier 2015, devant la cour d\'assises spéciale de Paris, le 22 octobre 2020.

Au procès des attentats de janvier 2015, Miguel Martinez déconstruit son image de trafiquant d'armes et de "barbu" du dossier

La cour d\'assise spéciale de Paris, le 24 septembre 2020.

Au procès des attentats de janvier 2015, la cour d'assises perdue dans les contradictions d'Abdelaziz Abbad

Richard Malka, l\'avocat de \"Charlie Hebdo\", répond à la presse, lors du procès des attentats de janvier 2015, le 9 septembre 2020. 

VIDEOS. Professeur décapité : "Nous avons eu raison de publier ces caricatures, Samuel Paty a eu raison d’en parler", déclare l'avocat de "Charlie Hebdo"

Devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine, le 17 octobre 2020. 

Attentat dans les Yvelines : Charlie Hebdo au coeur de la menace

Nezar Mickaël Pastor Alwatik (à gauche), au procès des attentats de janvier 2015, le 9 octobre 2020.

Procès des attentats de janvier 2015 : les liens ambigus entre l'accusé Nezar Mickaël Pastor Alwatik et Amedy Coulibaly

Saïd Makhlouf, debout et appuyé sur la barre du box des accusés, le 9 octobre 2020 au procès des attentats de janvier 2015.

"A la base, je ne suis pas un menteur" : au procès des attentats de janvier 2015, les explications bancales de Saïd Makhlouf

Amar Ramdani (à gauche) dans le box des accusés, répond à la question d\'une avocate de parties civiles, le 7 octobre 2020 au procès des attentats de janvier 2015.

Procès des attentats de janvier 2015 : Amar Ramdani, accusé et ami d'Amedy Coulibaly, face au "mythe" de "la secte de la buanderie"

L\'accusé Amar Ramdani au procès des attentats de janvier 2015, le 7 octobre 2020.

DIRECT. Le procès des attentats de janvier 2015 prolongé jusqu'au 14 novembre

Des militaires sur le boulevard Richard Lenoir, à Paris, après l\'attaque survenue à proximité des anciens locaux de \"Charlie Hebdo\", vendredi 25 septembre 2020. 

Terrorisme : la France toujours sous la menace

Les accusés dans le box et leurs avocats au premier jour du procès des attentats de janvier 2015 devant la cour d\'assises spéciale de Paris, le 2 septembre 2020.

Procès des attentats de janvier 2015 : Amedy Coulibaly, "je ne lui ai jamais remis de l'argent pour une entreprise terroriste", raconte Amar Ramdani

Christophe Raumel, le 4 septembre 2020, dans la salle d\'audience du procès des attentats de janvier 2015.

Au procès des attentats de janvier 2015, Christophe Raumel, seul accusé à comparaître libre, a "honte" mais "assume"

La salle d\'audience du procès des attentats de janvier 2015, à l\'ouverture des débats, le 2 septembre 2020.

Au procès des attentats de janvier 2015: "C'est un manipulateur, un menteur", assène l'ex-compagne de Christophe Raumel

Le box des accusés dans la salle d\'audience du procès des attentats de janvier 2015, au tribunal judiciaire de Paris, pris en photo le 27 août 2020.

Procès des attentats de janvier 2015 : "Même moi j'avais peur de Coulibaly, c'était un violent, un méchant", assure le père de l'accusé Willy Prévost

12345

Vous êtes à nouveau en ligne