L'avocat de Georges Tron dénonce un "acharnement" après l'appel du parquet général

Georges Tron le 15 novembre 2018 après son acquittement devant la cour d\'assises de Bobigny, en Seine-Saint-Denis.
Georges Tron le 15 novembre 2018 après son acquittement devant la cour d'assises de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Maître Antoine Vey estime que "l'administration judiciaire se détache de la justice".

Maître Antoine Vey, l'un des avocats de Georges Tron, dénonce un "acharnement" sur son compte Twitter, mardi 20 novembre, après l'appel du parquet général de l'acquittement de l'ancien secrétaire d'État et de Brigitte Gruel, son ancienne adjointe à la mairie de Draveil, dans l'Essonne, qui étaient jugés pour viols et agressions sexuelles.

Au contraire, l'avocate d'Éva Loubrieu, l'une des deux femmes qui accusent Georges Tron et Brigitte Gruel, se félicite de cet appel. "À l'évidence, c'est une excellente nouvelle", a réagi sur franceinfo maître Loïc Guérin. Ce dernier estime que cette décision est  "à la fois logique et cohérente", car l'avocat général avait requis six et quatre ans de prison contre les deux accusés pendant le procès qui s'est terminé jeudi 15 novembre.

Selon Loïc Guérin, cette décision est "logique" au regard "des éléments qui figurent dans le dossier et qui ont été débattus à l'audience", des "éléments relevés par la cour d'assise elle-même dans sa feuille de motivation qui démontrent que monsieur Tron et madame Gruel ont menti pendant les sept années qui se sont écoulées sur l'existence, niée de leur côté, de relations sexuées, sexuelles, au sein de la mairie de Draveil".

Vous êtes à nouveau en ligne