Primes en liquide : Guéant condamné à deux ans de prison avec sursis

(Claude Guéant écope de deux ans de prison avec sursis dans l'affaire dite des "primes" de Beauvau © MAXPPP)

Claude Guéant a été condamné ce vendredi à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire des primes perçues lorsqu'il était conseiller de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2004 au ministère de l'Intérieur. Il écope également d'une interdiction d'exercer dans la fonction publique pendant cinq ans et de 75.000 euros d'amende. L'intéressé va faire appel.

Le Parquet national financier avait requis 30 mois de prison avec sursis à son encontre, ainsi que sa condamnation à 75.000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction de droits civiques. 

Claude Guéant, 70 ans, qui était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur de 2002 à 2004, était poursuivi pour complicité et recel de détournement de fonds publics. Il était notamment accusé d'avoir "ordonné" à Michel Gaudin, ancien patron de la police nationale, de lui remettre 210.000 euros (10.000 euros par mois) provenant des frais d'enquête et de surveillance du ministère "à des fins d'enrichissement personnel" .  Les avocats de Claude Guéant ont déjà annoncé qu'ils avaient faire appel du jugement. "Nous avons trouvé que les termes en étaient extrêmement sévères" explique l'avocat de Claude Guéant, Me Jean-Yves Dupeux. 

"Nous allons interjeter l'appel" Me Jean-Yves Dupeux, l'avocat de Claude Guéant au micro de Laurent Doulsan
--'--
--'--

Claude Guéant considère "qu'on n'a pas répondu aux questions qu'il avait soulevé pour sa défense" explique son avocat Me Philippe Bouchez El-Ghozi. Et l'une des questions, selon l'avocat, c'est "Y-a-t'il ou non des sommes supérieures à celles auxquelles Claude Guéant a droit ?" 

"Le jugement nous laisse sur notre faim" réagit Philippe Bouchez El-Ghozi, avocat de Claude Guéant
--'--
--'--

"Ce mépris assumé de la loi justifie une interdiction d'exercice de toute fonction publique pendant cinq ans" , a par ailleurs précisé le tribunal dans son jugement. Michel Gaudin, qui comparaissait aux côtés de Claude Guéant, a également été condamné à dix mois avec sursis. 

Vous êtes à nouveau en ligne