Orléans : après des propos racistes contre la Jeanne d'Arc 2018, la justice ouvre une enquête

Mathilde Edey Gamassou, la nouvelle figure de Jeanne d\'Arc 2018 à Orléans.
Mathilde Edey Gamassou, la nouvelle figure de Jeanne d'Arc 2018 à Orléans. (FRANCOIS-PIERRE NOEL/RADIO FRANCE)

Le procureur d'Orléans a ouvert une enquête après des propos racistes sur internet contre la Jeanne d'Arc 2018, Mathilde Edey Gamassou, 17 ans, d'origine béninoise. Elle a été comparée à un babouin sur Twitter. 

Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République d'Orléans pour incitation et provocation à la haine raciale, après des propos racistes tenus sur les réseaux sociaux contre une jeune fille choisie pour incarner Jeanne d'Arc en 2018, révèle vendredi 23 février France Bleu Orléans.

Le procureur d'Orléans, Nicolas Bessone, a ouvert de son propre chef une enquête visant deux comptes Twitter en particulier. Le premier concerne celui d'un internaute qui avait comparé le visage de la jeune fille à celui d'un babouin. Sur le deuxième l'auteur avait répondu à ce message en publiant une photo de bananes.

Une comparaison avec un babouin

Le procureur d'Orléans explique à France Bleu Orléans avoir "saisi la sûreté départementale d'Orléans pour, dans un premier temps, identifier les auteurs de ces tweets qui relèvent clairement de l'application de la loi pénale". Pour Nicolas Bessone, il s'agit d'identifier clairement ces auteurs de propos racistes "pour engager des poursuites notamment quand on assimile cette jeune fille à un babouin, ce qui est tout à fait scandaleux".

Mathilde Edey Gamassou, lycéenne de 17 ans, a été désignée lundi dernier par une association pour défiler le 8 mai dans les rues d'Orléans en incarnant Jeanne D'Arc. Mais la jeune fille est métisse et d'origine béninoise. Elle a été la cible sur la toile de plusieurs attaques racistes et injurieuses. La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Shiappa, avait, elle-même, été indignée, et avait publié mercred 21 février un tweet dans lequel elle affirmait son "soutien" à Mathilde et rappelait que "la haine raciste de la fachosphère n'a pas sa place dans la République française".