Nucléaire : des mois de prison avec sursis requis contre les militants de Greenpeace

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ils étaient jugés pour s'être introduits dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine en décembre dernier. Ils risquaient jusqu’à jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende. Le procureur de Troyes a requis ce matin de quatre à six mois de prison avec sursis à l'encontre de neuf militants de Greenpeace.

Le procureur Alex Perrin a en outre demandé une peine d'amende de 1.000 à 1.500 euros pour chacun des prévenus, poursuivis pour violation de locaux professionnels et dégradations en réunion.

Aux militants qui expliquaient qu'ils souhaitaient mettre en lumière la faiblesse de la sécurité des installations nucléaires, le procureur a répondu que ce n'était pas la bonne méthode :   "On ne répond pas utilement aux questionnements  par des passages à l'acte de cette nature".