Mort par asphyxie de Hakim Ajimi: le parquet requiert de la prison avec sursis pour les policiers

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

En mai 2008, l'interpellation de Hakim Ajimi dans une rue de Grasse s'était terminée avec la mort du jeune homme.

  Les rapports d'expertise médicale ont conclu que son décès s'expliquait par une lente asphyxie mécanique, résultat d'une compression thoracique et d'une clef  d'étranglement au cou pratiquée par deux des policiers avec trop de force et  trop longtemps.

Après avoir détaillé les nombreuses erreurs ayant entraîné la mort du jeune homme, le  procureur a estimé que les policiers devaient tous être condamnés à des peines de prison avec sursis, jusqu'à deux ans pour celui qui a pratiqué la clef d'étranglement.